HIGH -TECH: LE SMARTPHONE TANT ATTENDU EST DÉSORMAIS DISPONIBLE, LE TECNO PHANTOM 8.
La multinationale Transsion Holding a procédé au lancement officiel du dernier-né de la marque de téléphone Tecno mobile, le Tecno Phantom 8...
Édito : LE PARDON DE GUILLAUME SORO À LAURENT GBAGBO : LE BAISER DE JUDAS.
L'actuel président de l'Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion Guillaume Soro a demandé « pardon aux Ivoiriens » et à l'ex-président Laurent Gbagbo...
GINO SITSON, DOCTEUR EN MUSICOLOGIE LE BANTOU QUI A CONQUIS L’EUROPE ET L’AMÉRIQUE.
Un forum consacré à nos musiques me semble nécessaire. Des questions pourraient être soulevées par des spécialistes étrangers et camerounais...

ADDIS ABEBA : ALPHA CONDE NOUVEAU PRESIDENT DE L’UNION AFRICAINE

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Politique

A son retour en Guinée, au début des années ‘‘90’’, il réussit aux côtés d’autres leaders de l’opposition guinéenne  à imposer le multipartisme intégral.

 

Le président guinéen Alpha Condé a été élu ce 30 janvier par ses pairs président de l'Union africaine en remplacement du président tchadien Idriss Deby dont le mandat est arrivé à terme.

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Alpha Condé, est né le 4 mars 1938, à Boké. À l’âge de 15 ans il va poursuivre des études secondaires et universitaires (Sciences Po Paris, Sorbonne). En 1970, il est victime du régime du président Sékou Touré qui le condamne à mort par contumace. Il est alors contraint, comme bon nombre de ses compatriotes intellectuels, de rester en exil hors de son pays.

A son retour en Guinée, en début des années ‘‘90’’, il réussit aux côtés d’autres leaders de l’opposition guinéenne (Bah Mamadou, Siradiou Diallo, Jean-Marie Doré) à imposer le multipartisme intégral qui autorise la présence de plusieurs partis d’opposition en Guinée. Puis, il prend part à la première élection multipartite du pays, en décembre 1993, après trente ans de régime autoritaire. Lors du scrutin, Condé est un des challengers du général Lansana Conté, président depuis le coup d’État de 1984. Le général Conté est déclaré vainqueur avec  51.7% tandis que les observateurs nationaux et internationaux chargés de la supervision du scrutin dénoncent un fort climat de fraude et que l’opposition conteste unanimement les résultats officiels. Les partisans de Condé s’insurgent particulièrement contre l’annulation par la Cour suprême de la totalité des résultats pour les préfectures de Kankan et Siguiri, où Alpha Condé était vraisemblablement fortement majoritaire. Condé demande à ses militants de ne pas prendre le risque d’entrainer une guerre civile et de concentrer leurs efforts sur le scrutin suivant.

Alpha Condé est maintenu en prison pendant plus de 20 mois avant que le gouvernement ne constitue une cour spéciale, pour le juger. Cette incarcération sans procès soulève un fort mouvement de protestation international. Amnesty International dénonce une violation des Droits de l’Homme et le Conseil de l’Union Interparlementaire une violation de l’immunité parlementaire dont Alpha Condé bénéficie en tant que député guinéen. De nombreuses voix s’élèvent tout au long de son emprisonnement pour demander sa libération immédiate. Parmi lesquelles celles d’Albert Bourgi, qui organise un important mouvement de soutien « le comité de libération » à Alpha Condé, ou de Tiken Jah Fakoly , auteur de « Libérez Alpha Condé » adressé au général Lansana Conté, et que la jeunesse transforme en hymne à la gloire des martyrs et prisonniers politiques africains. Condé reçoit également le soutien de chefs de diplomatie étrangers, à l’instar de Madeleine Albright (Etats-Unis) qui se déplace à Conakry même. En France, le Président Jacques Chirac s’implique personnellement. Sa mobilisation vient renforcer les multiples requêtes d’autres chefs d’Etat en demandant officiellement la relâche rapide d’Alpha Condé. Condé est condamné, en 2000 à 5 ans de prison pour « atteintes à l’autorité de l’État et à l’intégrité du territoire national » au terme d’un procès retentissant décrié dans la presse africaine et internationale. Il est finalement libéré en 2001 et fait l’objet d’une grâce présidentielle.

En février 2010, il annonce à Conakry la candidature de son parti pour le scrutin présidentiel de juin 2010. Il obtient au premier tour de la présidentielle tenue le 27 Juin 2010 18%, il remporte l’élection au deuxième tour avec 52,52% des voix et dévient le nouveau chef d’Etat de la République de Guinée. Alpha Conté a été soutenu au second tour par l’alliance arc-en-ciel.

En 2015, lors de l’élection présidentielle, Alpha Condé, le président sortant a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 11 octobre avec 57,85% des suffrages. Face à son principal opposant Cellou Dalein Diallo.