HIGH -TECH: LE SMARTPHONE TANT ATTENDU EST DÉSORMAIS DISPONIBLE, LE TECNO PHANTOM 8.
La multinationale Transsion Holding a procédé au lancement officiel du dernier-né de la marque de téléphone Tecno mobile, le Tecno Phantom 8...
Édito : LE PARDON DE GUILLAUME SORO À LAURENT GBAGBO : LE BAISER DE JUDAS.
L'actuel président de l'Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion Guillaume Soro a demandé « pardon aux Ivoiriens » et à l'ex-président Laurent Gbagbo...
GINO SITSON, DOCTEUR EN MUSICOLOGIE LE BANTOU QUI A CONQUIS L’EUROPE ET L’AMÉRIQUE.
Un forum consacré à nos musiques me semble nécessaire. Des questions pourraient être soulevées par des spécialistes étrangers et camerounais...

AFRIQUE, L’ANGOLA REFUSE UNE « AIDE » DE 2340 MILLIARDS DE FCFA DU FMI

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Politique

Cette institution au cœur de la finance internationale n’a pas donné plus d’indication sur les motivations,,,

C’est avec beaucoup de tristesse, que le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi que l'Angola a interrompu le processus de demande d'aide financière, sollicitée en avril, alors qu'un préaccord sur un prêt d'environ 4,5 milliards de dollars (2340 milliards de F CFA) était déjà conclu.

Dalvarice Ngoudjou Journaliste / Geostratege 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette institution au cœur de la finance internationale n’a pas donné plus d’indication sur les motivations de cette décision des autorités angolaise qui est probablement liée à la récente remontée du prix des produits pétroliers sur le marché international car le baril approchant les 50 dollars le baril ces dernières semaines. Gerry Rice, porte-parole du FMI s’est contenté de dire : « Il y a eu un changement », lors d’une conférence de presse, ce samedi 30 juin derniers à Washington. Selon cette haute personnalité, ce renoncement de l’Angola intervient alors que le processus de demande d’aide financière avait atteint un « stade très avancé ». 

En juin dernier, les équipes du FMI — présentes en Angola du 1er au 14 juin —  étaient même parvenues à un préaccord avec les autorités de Luanda sur un montant d’environ 4,5 milliards de dollars afin « d’aider » le pays, frappé de plein fouet par la chute des cours mondiaux du pétrole. Le déblocage du prêt n’attendait plus que le feu vert du conseil d’administration.