INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

NIGERIA- ÉCONOMIE : LE PRÉSIDENT MUHAMMADU BUHARI AUGMENTE LE SALAIRE MINIMUM DE PLUS DE 60 %. AFRIK-INFORM

Information
20 avril 2019

NIGERIA- ÉCONOMIE : LE PRÉSIDENT MUHAMMADU BUHARI AUGMENTE LE SALAIRE MINIMUM DE PLUS DE 60 %. AFRIK-INFORM

 

Le Nigeria, premier producteur de pétrole du continent africain, vient d’adopter la loi sur le salaire minimum, qui passe de 18.000 nairas par mois (44 euros) soit 28600 FCFA à 30.000 nairas mensuel (72 euros)  soit 46800 FCFA.  Malgré l’opposition du gouverneur fédéral.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le premier producteur de pétrole du continent africain, a finalement adopté la loi sur le salaire minimum, qui passe de 18 000 nairas par mois à 30 000 nairas mensuels. Décision qui intervient  après des mois de contentieux entre les syndicats, le gouvernement fédéral et les gouverneurs qui s’opposent à cette augmentation « irréaliste », selon eux, assurant qu’ils ne pourraient plus payer leurs fonctionnaires. Même avec un salaire de 18 000 nairas, les fonctionnaires d’État attendent parfois des mois ou des années avant de recevoir leur salaire. Plus de 87 millions de Nigérians (sur 180 millions) vivent dans l’extrême pauvreté avec moins de 1 euro par jour.

Cette loi de Muhammadu Buhari rend obligatoire pour tous les employeurs au Nigeria de payer leurs travailleurs la somme minimum de 30.000 nairas”, a-t-il ajouté, soulignant que les entreprises de moins de 25 employés n‘étaient pas concernées par ce nouveau décret.

A lire...NIGERIA – ECONOMIE ; LE REPORT DE L’ELECTION FAIT PERDRE 1.5 MILLIARDS DE DOLLARS AU PAYS. AFRIK-INFORM

L’immense majorité des Nigérians peinent à joindre les deux bouts, depuis la récession de 2016-2017 et une inflation importante de 11,5 % (un sac de riz de 25 kilos coûte près de 10.000 nairas, un tiers du nouveau salaire minimum).

Le Nigeria  est  le premier producteur de pétrole du continent, avec deux millions de barils par jour, et sa première économie, mais il souffre d’une corruption endémique au sein de son administration.

L’ancien général Buhari, qui vient d‘être réélu pour un second mandat a été fortement critiqué pour sa politique économique, mais veut se présenter comme étant un président à l‘écoute des plus pauvres.

0
0
0
s2sdefault