INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

AFRIQUE – ÉCONOMIE : LE NIGERIA SE DÉCIDE ENFIN DE REJOINDRE LA ZONE DE LIBRE ECHANGE CONTINENTALE. AFRIK-INFORM

Information
04 juillet 2019

AFRIQUE – ÉCONOMIE : LE NIGERIA SE DÉCIDE ENFIN DE REJOINDRE LA ZONE DE LIBRE ECHANGE CONTINENTALE. AFRIK-INFORM

 

Depuis plusieurs années, le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et également première puissance économique, s’est toujours abstenu à l’idée de rejoindre la zone de libre-échange continentale (ZLEC). Mais, ce mardi, la présidence Nigériane a annoncé que le pays est prêt à y adhérer, et l’officialisation se fera ce week-end à Niamey, capitale du Niger, lors du sommet de l’Union Africaine.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

En effet, au début des années 2000, l’état du Nigéria a été négativement touché par les accords de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), qui avait causé la ruine de son industrie textile. C’est suite à ce résultat qui a porté atteinte à l’économie du pays que la décision de protectionnisme qu’on connait du Nigéria a été adoptée.

Cette position réfractaire sur les accords économiques sur les marchandises avait bien trop duré, mais finalement le président Buhari a décidé de suivre les autres pays Africains dans cette zone de libre-échange économique. Néanmoins, cette décision aura pris plus d’un an. Le président Nigérian a tenu à se rassurer avant tout que la ZLEC ne ruinera pas ses entreprises d’une part, et d’autres parts il a mené des consultations auprès des fédérations syndicales et du patronat afin d’évaluer les effets d’ouverture des marchés aux produits purement Africains.

A lire...CAMEROUN - ECONOMIE : UNE NOUVELLE LOI DES FINANCES EN GESTATION RENDRA LES SERVICES DE TELECOM PLUS COUTEUX POUR LES CITOYENS. AFRIK-INFORM

De plus, il lui a été confirmé que certains produits vitaux de son pays continueront d’être protégés par lui pour sa stabilité économique. La ZLEC rassure également qu’il n’y a pas une possibilité que les produits chinois s’infiltrent dans ceux africains  afin de noyer les bénéfices qu’il devrait en tirer. Il reste donc aux dirigeants africains de s’entendre sur les proportions d’éléments entrant dans le processus de production, afin d’estampiller les produits « made in africa », qui bénéficieront de la gratuité de la douane.

0
0
0
s2sdefault