INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

KENYA - ECONOMIE : LE KENYA RÉDUIT SES DÉPENSES BUDGÉTAIRES DE 445 MILLIONS DE DOLLARS EN 2019/2020. AFRIK-INFORM

Information
23 septembre 2019

KENYA - ECONOMIE : LE KENYA RÉDUIT SES DÉPENSES BUDGÉTAIRES DE 445 MILLIONS DE DOLLARS EN 2019/2020. AFRIK-INFORM

 

Dans un document officiel publié la semaine dernière, le gouvernement kenyan  annonce qu’une réduction budgétaire de 445 millions de dollars US soit  46.2 milliards de shillings kenyans au cours de l’année budgétaire 2019-2020.

Par Gaston KOUOH

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’Etat kenyan se retrouve depuis quelques temps confronté à des problèmes financiers énormes causés par la très forte augmentation de ses dépenses. Cette situation avait mené à l’arrestation en juillet dernier du ministre des finances Henry Rotich pour des faits supposés de corruption étant donné qu’il avait ordonné de nouvelles taxes pour financer cette augmentation.

Le nouveau ministre des finances par intérim Ukur Yatani s’était d’ailleurs prononcé bien avant cette annonce publique du gouvernement sur la nécessité absolue de coupes budgétaires brutales pour cesser l’hémorragie des finances publiques. Son choix s’était porté sur une réduction drastique des dépenses de missions de fonctionnaires kenyans à l’étranger et de publicité des ministères. Car les prévisions de perception des taxes ne permettaient pas de rendre réaliste la faisabilité de ces projections.

A lire...AFRIQUE – ECONOMIE : LES CONSEQUENCES COMMERCIALES DU BREXIT EN AFRIQUE. AFRIK-INFORM

Il faut dire qu’au total, les dépenses du gouvernement sont chiffrées à 27,3 milliards $ (26,3% du PIB) tandis que les recettes sont prévues à 19,9 milliards $ (19,2% du PIB). Ce qui fait un différentiel de 7,6 milliards.  Alors même que les autorités estiment à près de 3,6 milliards $, la valeur des projets de développement actuellement suspendus tels que la construction de routes et de barrages, faute de financement de la part du gouvernement.

0
0
0
s2sdefault