AFRIQUE - LA FRANCE VIA LA SOCIETE GENERALE « REFUSE » DE VERSER A LA LIBYE 1 155 MILLIARDS FCFA DESTINÉS A UN FOND CREE PAR KADHAFI.

 Selon Reuters, le Libyan Investment Authority (LIA), fonds souverain libyen réclame à la banque française SOCIETE GENERALE environ 1 155 MILLIARDS FCFA (2,1 milliards de dollars) de dommages et l'accuse de pratiques frauduleuses et de corruption.

Dalvarice Ngoudjou
Journaliste / Geostratege 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'affaire a été portée devant la juridiction de la Haute cour de justice de Londres. Ce fond avait été créé par le colonel Kadhafi en 2006 pour recycler les pétrodollars libyens et assurer un certain avenir au peuple libyen en cas de certains imprévus. Après les scandales de la manipulation des indices de l'Euribor et du Libor, la banque française doit également répondre de la façon dont elle a géré une partie des actifs libyens.
Bien que la banque réfute les accusations et joue la montre, tout risque de s’éclater au grand jour car une assignation a été déposée à New York dans le cadre de la même affaire et fait obligation à la Société Générale de produire tous les documents, internes et externes, concernant ses activités pour le compte de la Libye, de 2004 à 2014.
Mercredi dernier, le procès initialement prévus pour janvier 2017, a été repoussé au 25 avril 2017 par un juge londonien. Lors de l'audience de mercredi, la Société générale a accepté de fournir un certain nombre d’explication particulièrement celles liées à l'utilisation de certains noms de code, dans la limite de ses possibilités, d'ici au 7 octobre. A lui tout seul, le fonds LIA se monterait à 33 000 milliards de F CFA (60 milliards de dollars).
Un porte-parole de la banque contacté par afrik-inform.com n'a pas souhaité faire de plus amples commentaires sur ce dossier.

Nous y reviendrons...