CAMEROUN: UN EMPRUNT OBLIGATAIRE PERMET A L’ETAT DE MOBILISER 112 MILLIARDS DE FCFA EN MOINS DE TROIS JOURS.

 On pensait les camerounais et leurs banques à bout de souffle ou réticents face à la dette intérieure de plus en plus élevée de leur pays, à tort. Le nouvel emprunt obligataire lancé le 22 Septembre dernier par le ministre camerounais de Finances Alamine Ousmane Mey vient en apporter le démenti : Les opérateurs et établissements de finance privés camerounais ont confiance en l’état camerounais, et celui-ci peut désormais vanter sa crédibilité auprès des bailleurs de fonds externes.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Trois jours, c’est ce qu’il a fallu à Alamine Ousmane Mey, Ministre des Finances du Cameroun pour réussir à mobiliser 112 Milliards de Fcfa sur les 115 milliards d’emprunts obligataires recherchés par le Cameroun pour le financement de projets de barrages hydro électriques, les transports et autres infrastructures lourdes de dévéloppement. Cette opération, la quatrième du genre après 2010, 2013 et 2014 et avec des montants sans cesse croissants permet d’après le ministre Mey de juger « de la solidité de ce type d’opération menée par l’état camerounais ».

Celui qui fut élu en Mai dernier « Meilleur Ministre des Finances d’Afrique » par l’association des banquiers d’Afrique lors des «African Bankar Awards 2016» a joué de son entregent pour mener à bien cette opération d’emprunt obligataire, dont les obligations dans le cadre de cette nouvelle opération portent intérêt fixe net de 5,5% sur la durée de l’emprunt de cinq ans avec une année de différé. Les banques ont massivement répondu à sa demande, et se sont constitué en syndicat de prise ferme (composé d’Afriland First Bank, EDC Investment Corporation, Société Générale Cameroun, Financial Capital, Cenainvest S.A, BICEC, BGFI Bank Cameroun, UbaCameroon, CBC) dans le cadre de cette opération, mobilisant au passage une prise ferme partielle de 112 milliards de Fcfa.

 Alamine Ousmane Mey a d’ailleurs déclaré à ce propos qu’«un syndicat de placement est par ailleurs constitué, et comprend outre les membres du syndicat de prise ferme, tout Prestataire de Service d’Investissement (Psi) dûment agréé par la Commission des marchés financiers. Les emprunts de l’État du Cameroun allient rentabilité et sécurité», avant d’ajouter que  «Le remboursement sera effectué par annuités constantes avec un an de différé sur le principal paiement annuel des intérêts. Les intérêts seront payables annuellement à partir de la première date d’anniversaire de la date de jouissance des titres. La date de jouissance des titres retenue est fixée 24h après la clôture des opérations».