NIGERIA - ECONOMIE: L’ETAT POURSUIT LES PETROLIERS TOTAL, ENI, ET CHEVRON POUR AVOIR DISSIMULE PLUS DE 9000 MILLIARDS DE FCFA

L’état de récession économique dans lequel semble avoir plongé le Nigéria pousse ses dirigeants à rechercher des voies et moyens pour se maintenir à flot, au point de s’attaquer aux géants pétroliers qui jusque-là semblaient jouir de passe-droits. Le procès qui a lieu actuellement à Lagos en est la preuve, pour le gouvernement nigérian désormais, tous ses débiteurs devront payer.

Dalvarice Ngoudjou Journaliste / Géostratège

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vendredi dernier, s’est déroulé devant la cour de Lagos, la première séance du procès qui oppose le gouvernement nigérian aux géants pétroliers dont le français TOTAL, l’américain Chevron et l’italien ENI AGIP. En effet, le gouvernement du président Buhari accuse ces grands groupes pétroliers d'avoir exporté illégalement pour 17 milliards de dollars (près de 9 350 milliards de FCFA) entre 2011 et 2014, tout ceci représentant un manque à gagner de 57 millions de barils de pétrole.

On se souvient que quelques mois après son élection, en juillet dernier, le président Muhammadu Buhari, avait promis d’éradiquer la corruption du Nigeria, sans perdre du temps, sa parole était suivie d’actes concrets : il avait bloqué 113 bateaux pétroliers en eaux territoriales nigérianes, soupçonnant ces navires d’exporter du pétrole de façon illégale. Par la suite, il avait commandé un audit auprès d’experts américains, la conclusion était sans appel, « la baisse des revenus de l’Etat était en grande partie due à la non-déclaration ou la sous-évaluation des exportations de brut par les plus grandes compagnies d’hydrocarbures qui opèrent au Nigeria ».