CONGO- ECONOMIE : L’IMPORTATION DU CIMENT FAIT PERDRE PLUS DE 2000 EMPLOIS

Les industriels cimentiers au Congo prônent l’arrêt des importations. Se plaignant du risque de perte de plus de 500 milliards d’investissement. Ils l’ont rappelé cette semaine au Premier ministre, Clément Mouamba, au cours d’une rencontre à laquelle prenait part le ministre de la Justice, du Commerce; de la Chambre du commerce et d’industrie, ainsi que les associations des consommateurs 
Bianca FATOU
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le Congo compte cinq cimenteries, en attendant l’entrée en production de Dangote Cement et Diamond Cément,  industrialisation, cautionnée par le gouvernement, mettant à mal de certains importateurs. D’où l’exigence par ceux ci  d’une  prise de mesures concrètes  afin d’éviter la suppression de plus de 2000 emplois déjà générés par l’industrie cimentière. Les producteurs locaux s’inquiètent de ce que l’investissement, de plus de 500 milliards FCFA pourraient se volatiliser. pour  eux, l’ensemble, le gouvernement a le devoir de tout mettre en œuvre pour préserver ses acquis à l’heure où la diversification de l’économie congolaise s’avère une porte de sortie face à la crise pétrolière. Car estiment les importateurs, un navire de ciment importé par an serait une grande menace pour l’industrie. La production globale actuelle dans le pays, étant aujourd’hui évaluée à près de 2 millions de tonnes par an, pour des besoins exprimés de 900 mille tonnes, ne nécessite plus des importations. L’arrêt des importations souligne les producteurs locaux permettra d’éviter toute coexistence avec les importateurs qui constituent de grandes pertes pour le Congo en terme d’impôts, taxes et recettes fiscales.
En vue de pérenniser ce secteur en croissance, le premier ministre approuve l’arrêt progressif des importations. Tout en invitant néanmoins ces derniers de se convertir en industriels s’ils veulent demeurer dans ce secteur.
Outre, en guise  de solution, les industriels souhaitent un véritable engagement du gouvernement qui devrait, d’après eux, créer un cadre légal permettant au secteur industriel local d’accompagner toutes les stratégies de développement du pays, de créer de nombreux emplois et de contribuer à la richesse nationale.