CRISE FINANCIERE : LE NIGERIA INTERDIT L’UTILISATION DES CARTES BANCAIRES A L’ETRANGER POUR REDUIRE LA FUITE DE CAPITAUX.

Depuis quelques jours, les clients des banques nigérianes, First Bank et de Guarantee Trust ont l’interdiction stricte d’utiliser leurs cartes bancaires hors du Nigéria. C’est la substance du message que les clients des deux institutions bancaires nigérianes suscités ont reçu et qui fait jaser les milieux économiques Du pays de Mohamadou Buhari.

Dalvarice Ngoudjou Journaliste / Géostratège

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, les cartes bancaires de la First Bank et de Guarantee Trust sont interdites d’utilisation à l’étranger, et cette mesure viserait à réduire le flux des devises hors de ce pays qui fut il y a encore quelques mois, la première puissance économique du continent africain. Ces deux banques n’ont pas communiqué sur les motivations réelles de leurs actions, cependant, selon les sources bien introduites à la banque centrale du Nigeria contactées par afrik-inform.com, la décision est censée réduire la pénurie de devises au Nigeria. Cette mesure restrictive n’est pas de nature à réjouir les millions d’acteurs de la vie économique nigériane qui utilisent des cartes locales pour faire des achats et d'autres transactions à l'étranger. Surtout qu’en plus de l’interdiction de l’utilisation des cartes bancaires à l’étranger, l'accès aux revendeurs étrangers en ligne a également été réduit de manière drastique, pour les détenteurs desdites cartes. Ceci n’est pas la première fois, car des mesures similaires ont été prises cette année 2016 même par la Banque centrale du Nigeria, avec pour but de réduire les flux de devises vers hors du pays. Suite à la crise qui frappe le cout du baril du pétrole sur la scène internationale, le naira, la monnaie du Nigéria, a plongé en forte baisse par rapport au dollar. Ainsi, l'économie du pays est entrée en récession, ce qui est une première depuis plus de 10 ans. Puisse cette sombre épisode, inciter les Etas africains à diversifier leurs économie et à moins les entravertir.