MAROC – ENVIRONNEMENT : LE ROYAUME PRODUIRA 100% D’ÉNERGIES PROPRES ET RENOUVELABLES D’ICI 2050.

Ce mix énergétique sera composé de 65.6% d’énergie solaire, 29.7% d’énergie éolienne et terrestre, 2.5% d’hydroélectricité et 2.1% d’énergie marine. Il permettra ainsi au royaume de chérifien d’économiser plus de 39 milliards d’€ en frais de santé provoqué par la pollution.

Par Thierry NDASSA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

D’ici 2050, le royaume du Maroc sera définitivement passé à l’utilisation exclusive des énergies propres et renouvelables. C’est du moins ce que dévoile cette étude menée par des chercheurs de l’université américaine de Standford, qui se sont basés sur le système énergétiques de plus de 139 pays dans le monde. Les prévisions de l’université californienne de Stanford restent donc en droite ligne avec la Stratégie énergétique nationale du Maroc. En effet, le Plan solaire marocain appelle au développement de 2000 MW d'ici à 2020, avec des installations solaires à répartir sur cinq sites (Ouarzazate, Ain Beni Mathar, Foum El Oued, Boujdour, Sebkhat Tah). De plus, l’un des objectifs du Programme éolien est d’augmenter la part de l’éolien dans la balance énergétique nationale à 14 % à l'horizon 2020. Le Maroc veut aussi porter la part des énergies renouvelables de 42 % de puissance installée - objectif fixé pour 2020 - à 52 % à l'horizon 2030.

En 2050, la consommation totale d’énergie au Maroc diminuerait de 49 % par rapport à celle d’aujourd’hui en raison de l’absence de conversion. « Utiliser les énergies renouvelables pour tous au lieu d’utiliser du pétrole et improuver l’efficience énergétique signifie que vous utiliserez moins d’énergie », indique l’étude. Pour le Maroc également, les panneaux solaires n’occuperont 0,04 % du territoire contre 0,28 % pour les éoliennes. Cette transition créera près de 133 374 emplois en 40 ans et le royaume économisera 423,6 milliards de dirhams en frais de santé provoqués par la pollution de l’air, soit près de 6 % du PIB. La transition énergétique permettra aussi d’éviter le décès annuel de 8 821 morts à cause de la pollution de l’air. En 2050, le gain annuel en coûts d’énergie, de santé et du climat par personne serait de 24 439,7 dirhams, dont 416,7 dirhams de gain en coût annuel d’énergie par personne.

« Nous avons développé des plans pour transformer les infrastructures énergétiques pour tous les usages actuels (électricité, transports, chauffage/climatisation, industrie, agriculture, forêts, pêche) de 139 pays en systèmes alimentés par le vent, l’eau et le soleil », indique l’étude dans son introduction. La même feuille de route prévoit 80 % de conversion en 2030 et 100 % en 2050. Le travail a d’abord consisté à mesurer la différence entre la conversion des énergies fossiles en énergies prêtes à l’usage de celles des énergies renouvelables pour ensuite convertir ces dépenses en giga watts. Il en ressort que le mix énergétique mondial actuel très dépendant des énergies fossiles exigera 20 600 GW en 2050 pour son approvisionnement, contre 12 100 en 2012. Le scénario 100 % renouvelable exigera, lui, 11 800 GW en 2050, soit une moindre consommation énergétique mondiale de 42 %.

L'étude cite ensuite les neuf avantages de la transition vers le 100 % renouvelable à l’horizon 2030. Il permettra notamment d'éviter les mortalités dues à la pollution, de réduire les coûts du réchauffement climatique, de stabiliser les prix de l’énergie, de créer des emplois et réduire les conflits internationaux sur l’énergie.