CAMEROUN - CEMAC: UN SOMMET CONTRE LA DEVALUATION DU FCFA EN 2017

Les chefs d’Etats de la zone CEMAC se retrouveront du 21 au 22 décembre 2016 a Yaoundé afin d’identifier des mécanismes pouvant sauver le Franc CFA d’une nouvelle chute. Cette dévaluation risque d’arriver si des mesures ne sont pas prises pour renforcer le tissu économique de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale.

Bianca Fatou

Contact @afrik-inform.com

Les dysfonctionnements observés à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) seraient à l’origine de la panique qu’on observe chez les chefs d’Etats de la zone CEMAC. Selon les sources interrogées par Afrik-inform, la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) a fortement contribué à la dégradation de cette monnaie. Elle n’a pas pu développer une politique rationnelle autour de la gestion des devises émanant de la rente pétrolière. La Banque des Etats de l’Afrique Centrale devait prendre des dispositions à l’époque où le prix du baril était à son plus haut niveau. Le rapatriement approximatif des recettes pétrolières a donné l’impression que le Compte d’Opération des Pays de la CEMAC logé au Trésor Français (TF) se portait bien. Au finish, les réserves de change du Franc CFA au TF se sont essoufflées. Et peuvent couvrir à peine trois mois d’exportation des Pays CEMAC.

Selon une analyse de la Commission de la CEMAC, il est urgent de stopper cette dégradation et relancer au plus vite la machine économique dans la zone, «sinon, la dévaluation du FCFA est inévitable en 2017». «Les chefs d’État, au cours de leur sommet extraordinaire de Yaoundé, doivent choisir entre le retour de leurs pays respectifs au FMI ou l’implémentation d’une stratégie endogène dans le cadre du Programme des réformes économiques, monétaires et financières en zone CEMAC (PREF-CEMAC)».

Pour mémoire la dévaluation du Franc CFA a été opérée en 1994. Les causes de la dévaluation du FCFA sont de nature monétaire et économique. La dévaluation a occasionné l’érosion des marges commerciales des entreprises. Rendant inefficace tout investissement privé. Et réduisant le pouvoir d’achat des populations.