EDITO : L’OPPOSITION CAMEROUNAISE SUR LE CHEMIN DE DAMAS. AFRIK-INFORM

 

Saul vivait à l'époque de Jésus, et son passe-temps favori était de persécuter les chrétiens. Sur le chemin  de Damas,  pour  ramener des prisonniers chrétiens à Jérusalem, il eut la vision d'une lumière venue du ciel et  devint un des plus grands apôtres de Jésus. Une coalition  de 20 partis de l'opposition vient d’annoncer son soutien au President Paul Biya à l’élection présidentielle du 07 Octobre prochain. Qu’ils combattaient pourtant violemment hier. Des opposants  dont beaucoup souffrent d’anonymat social ou politique, en mal de sensations dans un pays en décrépitude ou tout est à refaire.

Par Guy  Hervé FONGANG

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Saul  entendit une voix lui dire "Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?". "Qui es-tu seigneur ?" demanda Saul. Et la voix répondit "Je suis Jésus que tu persécutes". C'est là, sur le chemin de Damas, que Saul, qui pendant trois jours fut privé de la vue, de boisson et de nourriture, eut la révélation qui provoqua sa conversion et fit de lui un prêcheur convaincu que Jésus était le fils de Dieu. Tellement convaincu, même, qu'il devint également un apôtre sous le nom de Paul. La  coalition  des 20 partis pour justifier ce ralliement, ont invoqué le contexte sécuritaire et l'absence d'une candidature unique de l'opposition. Un opportunisme intéressé. Certains vont jusqu’à bomber le torse en disant que c’est la meilleure décision de leur vie. Une coalition alimentaire.

A lire...CAMEROUN-(VIDÉO) : JEAN DE DIEU MOMO « SI LE PEUPLE QUI M’INSULTE M’AVAIT VOTE EN 2011 JE SERAIS AU POUVOIR AUJOURD’HUI ». AFRIK-INFORM

Le ver qui est dans le fruit

Nous vivons aujourd’hui dans un  pays  où toutes  les balises  de la vertu, de civisme,  les exigences morales de la démocratie ont déjà été déracinées.  C’est pourquoi nous en sommes arrivés à la désacralisation  et à la banalisation de la fonction présidentielle.  La candidature à l’élection présidentielle devrait  se vivre comme une consécration dans l’action politique et le service de la nation, et  non pas  comme une foire  de recherche de reconnaissance et d’affirmation sociales. Le manque de vision et le cloisonnement social conduisent les fondateurs de partis politiques à créer des structures ethniques en lieu des partis politiques. Beaucoup de  partis ne trouvent la popularité qu’auprès des membres d’une même région ou d’un même village,  inactifs et inexistants au-delà d’une certaine zone géographique et ne peuvent naturellement pas bénéficier d’une légitimité nationale. Beaucoup de partis politiques n’ont  pas, d’activités en périodes non électorales et  disparaissent après les élections, certains ne vont refaire surface qu’à l’annonce de nouvelles échéances. Le caractère saisonnier des partis politiques, leur imposent d’avoir des objectifs sur le court terme. Qui se présentent souvent comme un manifeste édité pour convaincre l’électeur à voter pour l’échéance en cours.  Il y a globalement un manque de contenu sur le long terme. 

LA VOIX DU PEUPLE, LA VOIX DE DIEU : Power to the People

L’Afrique a besoin d’institution forte, mais plus que jamais d’un peuple conscient et fort. La nuit du vendredi 15 au Samedi 16 Juillet 2016, en mondo vision, nous avons assisté à un coup d’état en Turquie. Recep Tayyip Erdogan, a eu la frayeur de sa vie. Comme en 2014 au Burkina Faso, ou Comme en 2009, à Madagascar, le peuple est descendu dans la rue pour exprimer sa désapprobation face à cette imposture. Vox populi, vox dei. Le peuple turc a fait preuve de bravoure à la face du monde. Comme un seul homme saisissant l’appel du président, ils sont descendus dans la rue pour défendre leur président. L’ordre constitutionnel. À partir de CNN Turquie via une application de visioconférence sur Smartphone le président Recep Tayyip Erdogan a appelé ses compatriotes durant cette surréaliste intervention télévisée à descendre dans les rues pour résister à la tentative de coup d'Etat. Ce qui fut fait. La légalité est le revers de la légitimité. C’est le principal ’enseignement qu’il faut en tirer. Le continent de Cheik Anta Diop rappelait encore à juste titre le président Américain OBAMA a besoin d’institution forte, mais aussi d’un peuple conscient et fort.

A lire...CAMEROUN - POLITIQUE : BANDA KANI, LE SELF MADE MAN QUI BOUSCULE TOUT SUR SON PASSAGE. AFRIK-INFORM

La hantise de l’occident

Lorsque Sékou Touré décida en 1958 de sortir la guinée de l’empire colonial français, et opta alors pour l’indépendance du pays, l’élite coloniale française à Paris s'était  indignée, demandant à son administration alors en place en Guinée de détruire, dans tout le pays, ce qui représentait, à leurs yeux, les avantages de la colonisation française. Trois mille Français quittèrent le pays, en prenant tous leurs biens et détruisant tout ce qui ne pouvait être déplacé : les écoles, les crèches, les bâtiments de l’administration publique furent détruits, les voitures, les livres, les médicaments, les instruments de l’institut de recherche, les tracteurs ont été écrasés et sabotés ; les nourritures entreposées furent brûlées ou empoisonnée. L’unique but étant d’envoyer un message clair à tous les autres colonies sur les conséquences du rejet du colon. La peur s’empara des Élites Africaines, mais les temps ont changé entre temps. Les peuples africains fiers veulent affirmer leurs libertés et autonomies. A la limite suivre l’exemple de Sékou Touré, dont le slogan était “Nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage”.

0
0
0
s2sdefault