SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

ÉDITO - GILETS JAUNE : L’AFRIQUE AU SECOURS DE L’OCCIDENT. AFRIK-INFORM

Information
11 décembre 2018

ÉDITO - GILETS JAUNE : L’AFRIQUE AU SECOURS DE L’OCCIDENT. AFRIK-INFORM

 

Macron, comme Ben Ali, va être obligé de tout lâcher Les images des Champs-Élysées avec des Gilets jaunes et des forces de l’ordre terrorisant la population ont fait le tour du monde. On se croirait à l’avenue Bourguiba, au cœur de Tunis. Ou à  Douala au Cameroun lors des émeutes de la faim de février 2008. Des images des voitures brûlées. Une photographie brutale de l’ignorance des Français qui pillent l’Afrique depuis plusieurs décennies. Habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, l’Afrique  observe ces événements avec une pointe de dérision.

Par Guy Hervé Fongang

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le mouvement des Gilets jaunes, du nom des gilets de haute visibilité de couleur jaune portés par les manifestants est un mouvement de protestation. Au départ centré sur la hausse des prix du carburant automobile. Plus tard  à d’autres revendications, portant sur le pouvoir d'achat . la contestation s'est rapidement élargie à d’autres revendications, portant sur le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires, notamment rurales et périurbaines, la démission ou encore la destitution du président de la République française, Emmanuel Macron.  

L’Inacceptable ingérence de la France

Les revendications développées par les Gilets jaunes : trop de taxes, pas assez de pouvoir d'achat, un recul des services publics – rejoignent les préoccupations des africains. Cette  grognes sociale, vivaces trouve Afrique un écho quasi familial. Les africains se reconnaissent dans le monceau de revendications des Gilets jaunes. Une sorte de refus de la précarité et d'une absence d'espoirs comme c’est le cas à Douala, à Bamako, à Tunis, à Alger, au Burkina Faso, en RDC etc…

Le Président français, Emmanuel Macron, et son ministre des Affaires étrangères, Yves Le Drian laissaient entendre que la candidature d’IBK à sa réélection en 2018 ne serait pas souhaitable. Demander publiquement à IBK de céder le pouvoir est un manque de respect à un chef d’État, irrespect qu’aucun responsable politique ne saurait accepter.

En cote d’Ivoire, les hélicoptères français ont pilonné sa résidence de Gbagbo. Il y’aurait pas eu d'arrestation si la France n'avait pas ouvert la voie. Il y aura toujours un doute quant à savoir qui a mis la main sur Gbagbo. Le  porte-parole d’Alassane Ouattara a déclaré, peu après la capture de l'ancien chef d'Etat, que ce dernier avait été arrêté par les Français.

A lire...FRANCE – SOCIETE : PLUS DE 300.000 MANIFESTANTS FRANÇAIS INONDENT LA CAPITALE. AFRIK-INFORM

En un demi-siècle, l’armée française est intervenue quarante fois sur le sol africain. Ces opérations ont été des coups de force, devenus des symboles d’une certaine France-Afrique en kaki. Pourtant, le président Sarkozy a disait  vouloir  mettre fin à la France- Afrique. Leur principal objectif est de décider qui doit rester au pouvoir et qui doit partir pour préserver leurs intérêts face à la concurrence des pays asiatiques ou russes.



L’opération Tacaud au Tchad avait pour but de contrer l'avancée du Frolinat (Front national de libération du Tchad) de Goukouni Oueddei (Weddeye). L’opération Barracuda en Centrafrique a destitué le président Bokassa pour le remplacer par David Dacko et l’opération Manta au Tchad a mobilisé 4 000 soldats français pour soutenir le président Hissène Habré face aux rebelles de Goukouni Oueddei !

1961 : Opération Bouledogue (transformée en opération «Charrue longue») : pour le maintien de la base militaire navale de Bizerte en Tunisie.

1964 : Rétablissement du président Léon M'ba dans ses fonctions après le putsch d’une partie de l’armée au Gabon.

1968-1972 : Opérations Limousin et Bison contre la rébellion du Tibesti au Tchad : L’armée française enregistre des pertes importantes : 39 tués dans les rangs français durant l’opération «Limousin» ainsi qu’une centaine de blessés.

1978 : Opération Bonite : soutien au maréchal Mobutu contre la rébellion du Shaba (Zaïre).


1978-1980 : Opération Tacaud (voir carte) au Tchad : contre l'avancée du Frolinat (Front national de libération du Tchad) de Goukouni Oueddei (Weddeye).

1979-1981 : Opération Barracuda en Centrafrique : destitue le président Bokassa et replace David Dacko au pouvoir.

1983 : Opération Manta au Tchad : 4 000 soldats français mobilisés en soutien au président Hissène Habré face aux rebelles de Goukouni Oueddei (Weddeye).

1986 : 150 parachutistes français débarquent en renfort au Togo suite à une tentative de coup d'État contre le président Gnassingbé Eyadéma.

1989 : Opération Oside aux Comores : après l’assassinat du président Ahmed Abdallah et la prise de contrôle du pays par les mercenaires de Bob Denard.

1990-1993 : Mission Noroit au Rwanda : pour protéger le régime du président Juvénal Habyarimana contre une attaque des rebelles du Front patriotique rwandais.

1992-1993 : Opération Oryx en Somalie (en mission avec l'ALAT, témoignage de Jean-Luc Brissau, pilote d'hélicoptère) : l'opération sera placée ensuite sous le commandement américain de la mission Restore Hope.

 L’ironie du sort

Les africains se délectent des difficultés rencontrées par la police française face aux "gilets jaunes" en colère. Certains suggèrent  par exemple de proposer "le savoir-faire mondialement connu dans le monde arabe des forces de l'ordre tunisiennes" aux dirigeants français, savoir-faire reconnu durant plusieurs décennies de dictature.

Cette crise des « gilets jaunes » rappelle aux africains que la démocratie en soi n’est pas une panacée. Des symboles qui font la gloire de la France vandalisés pour une hausse de quelques centimes du prix d’un carburant dont la France fait main basse au delà de ses frontières aux prix des souffrances des peuples condamnés à la misère depuis toujours. Outre, la forte médiatisation des informations sur la crise des « gilets jaunes » en Afrique participe à la déconstruction du mythe de la démocratie mettant à nue l’occident prompte à donner des leçons aux africains. 

0
0
0
s2sdefault