CAMEROUN : LE SIEGE DU PARTI D’UN CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE VICTIME D’UN INCENDIE.

 

Le siège du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale à Douala a été victime d’un incendie aux premières heures de ce dimanche matin. Les premiers éléments de l’enquête s’orientent vers la thèse d’une main criminelle ayant visé les bureaux du parti de Serge Espoir Matomba, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle du Cameroun en 2018.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C’est vers quatre heures du matin que l’alerte a été donnée par le voisinage des locaux du parti PURS (Peuple Uni pour la Rénovation Sociale) qui occupent deux niveaux d’un bâtiment situé au quartier Bonabéri, la plus vaste banlieue de la ville de Douala, capitale économique du Cameroun.

Les pompiers débarqués sur les lieux n’ont pu que circonscrire les flammes au deuxième étage abritant un espace de travail commun, un secrétariat et le bureau personnel du Premier Secrétaire Serge Espoir Matomba, qui menaçaient de consumer d’autres domiciles qui partagent le même bâtiment.

A lire... CAMEROUN – CRISE ANGLOPHONE : COUVRE FEU A BAMENDA APRES LES ASSASSINATS DE GENDARMES.

Ce dernier qui représente le parti au conseil municipal de Douala 4e, arrivé sur les lieux constatera en compagnie de gendarmes que « plusieurs unités centrales des ordinateurs du parti (dont ses ordinateurs personnels et ceux de son secrétariat) et des disques durs externes étaient introuvables dans les décombres ». Une découverte qui conforte immédiatement la thèse d’un incendie criminel. Alors que les commentaires allaient bon train sur cet incendie, il a été revendiqué par un profil Facebook attribué au sécessionniste Tapang Ivo qui annonce d’autres « actions similaires dans les huit régions francophones du pays tant que l’armée camerounaise ne lève pas son siège des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest » et dit avoir puni le PURS pour sa supposée « proximité avec le parti au pouvoir », le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais RDPC du président Paul Biya.

A lire...CAMEROUN - CRISE ANGLOPHONE : CLASH ET DIVORCE ENTRE SÉCESSIONNISTES ET FÉDÉRALISTES.

Une proximité dont se défend Serge Espoir Matomba qui dit être pourtant « un des principaux opposants à ce régime qu’il faut combattre avec la dernière énergie pour un départ du pouvoir de M. Biya à qui (il a) pourtant toujours exigé d’ouvrir un dialogue avec les contestataires de la crise anglophone ». S’il était avéré que cet incendie a été commandité par les sécessionnistes qui par le passé avaient entamés une campagne de destruction d’édifices publics (commissariats, écoles, lycées, hôpitaux…) en plus d’une autre campagne d’assassinats des soldats et membres des forces de l’ordre déployés dans les deux régions anglophones qui a déjà fait 8 soldats tués, cela voudrait dire que le front de la contestation a désormais décidé de porter les actes terroristes dans les régions francophones jusque-là relativement apaisées.

A lire...OPINION - CAMEROUN [CRISE ANGLOPHONE] : VOICI POURQUOI L\'AMBAZONIE N\'EXISTERA JAMAIS.

En attendant, le président Paul Biya, de retour du sommet Union Européenne – Union Africaine d’Abidjan a pour sa part annoncé un durcissement de ton contre « les terroristes se réclamant d’un mouvement sécessionniste ».