MALI : UN GÉNÉRAL DÉMISSIONNE POUR ETRE CANDIDAT A L’ELECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2018

 

Ce dimanche a appris www.afrik-inform.com , le général et ancien ministre malien Moussa Sinko Coulibaly a démissionné de l’armée afin de se présenter à l’élection présidentielle prévue en juillet 2018.

Par  Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Après le maire de Sikasso (sud), Kalifa Sanogo, en septembre, le général Coulibaly est le deuxième à se déclarer officiellement candidat à la succession du président Ibrahim Boubacar Keïta.Dans sa lettre de démission, le général Moussa Sinko Coulibaly explique qu’il veut trouver des solutions aux défis auxquels son pays est confronté.

Ses proches vont plus loin et tiennent carrément un discours de rupture : « Le pays va mal, le président malien IBK a échoué. Il faut une alternance en 2018 ».En clair, l’officier supérieur démissionne de l’armée, une condition pour faire de la politique, pour participer à la présidentielle de l’an prochain. Officiellement, il n’est pas encore candidat, mais son entourage ne fait plus mystère de ses ambitions.

A lire...MALI : LES SOLDATS FRANÇAIS SOUPÇONNÉS D\'AVOIR TUÉ ONZE SOLDATS MALIENS.

Ancien proche d’IBK

Diplômé de la prestigieuse école militaire française de Saint-Cyr, le général Moussa Sinko Coulibaly, 45 ans, fut ministre de l’Administration territoriale. C’est lui, en 2013, qui a organisé l'élection présidentielle remportée par le candidat de l’époque Ibrahim Boubacar Keïta.

A lire...MALI : EMMANUEL MACRON APPORTE L’APPUI DE LA FRANCE POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME AU SOMMET DU G5.

Moussa Sinko Coulibaly connaît les rouages de l’Etat et à un moment il n’a pas caché sa sympathie pour l’actuel chef d’Etat malien. Donc, double rupture. Parmi ses désormais proches conseillers, on retrouve un ancien ministre malien de la Justice. Cette semaine, le général démissionnaire a à son agenda plusieurs rendez-vous. Selon son entourage, il doit s’entretenir notamment avec des responsables de la société civile.