USA /AFRICA: Le président du Fasso Roch Marc Kaboré, nargue Obama 

 

Le president du Fasso Roch Marc Kaboré, utilise la police Municipale pour violer la loi Americaine sur la protection des animaux. 

Par Innocent man Ngoue

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Par cet acte, il nargue son omologue Americain Barack Obama en exibant des videos de la vaste campagne de tueries des chiens dans la capitale burkinabee, lancée depuis deux jours.  

Ouagadougou hier matin, La Police municipale abat 41 chiens errants. la campagne se poursuit jusqu’au 14 mars 2016. le pretexte est trouver. Tout chien rencontré sans accompagnant et en laisse dans la ville de Ouagadougou devrait passer de vie à trépas si ses pattes et un brin de chance ne lui permettent pas d’échapper aux plombs et aux gourdins qui lui sont réservés. C’est dans le cadre d’une opération de la Police municipale dont les raisons sont dites sanitaires. L’opération a débuté dans la matinée de ce jeudi 25 février. Ce sont actuellement des centaines de chiens faméliques qui hantent les rues de Ouaga, se déplaçant en groupes bruyants et se repaissant de détritus autour des bacs à ordures. Les autorités du pays signalent que les hôpitaux sont « pleins de cas de morsures de chiens ». Leur abattage pourrait donc également contribuer à sensibiliser la population à la « bonne garde » de leurs « plus fidèles compagnons ». De 6h 30 minutes à 12h ce jeudi 25 février, sur 44 tirs, 41 chiens errants ont été abattus notamment dans les Arrondissements 1, 2 et 6 de la Capitale burkinabè. « 3 tirs ratés sur 44, c’est l’excellence », juge le Directeur général de la Police municipale, Clément Ouongo. Le tireur du jour était un civil (Pierre). Il est accompagné par des éléments de la Police municipale et d’autres civils.

« Il y a toujours des passants curieux qui veulent s’arrêter pour regarder… Des dispositions sont bien sûr prises pour que l’opération se déroule bien », confie le Commandant de la Police municipale. Il pense également que si l’on commence à abattre les chiens errants à Ouaga, c’est sûr que dans les autres villes notamment à Bobo-Dioulasso, le même mot d’ordre sera suivi. La 2e phase de l’opération consiste à incinérer les chiens abattus. Ce sera dans la soirée de ce 25 février vers Yimdi, à la sortie Ouest de Ouaga. Rendez-vous a été pris pour le lendemain 26 février pour la suite de l’opération d’abattage des chiens errants. 

Acte municipale qui sinscrit en opposition literale avec les lois americaines sur la question. les videos sauvages, revoltantes et barbares de ces agents municipaux sont diffusées sur les antenes des chaines de televisions du pays et ensuite sur internet en boucle. dernierement, un homme et une femme de Houston, au Texas, ont été inculpés dans le cadre d’une horrible affaire de maltraitance sur animal. Selon les comptes-rendus judiciaires, Ashley Nicole Richards, 22 ans, et Brent Wayne Justice ont en effet utilisé un couperet à viande pour égorger un chiot, lui trancher la queue, et entailler sa patte. Le jeune pitbull n’a pas survécu.

Richards a par ailleurs été inculpée cette semaine dans une affaire similaire remontant à 2010. Elle avait alors supposément tué un chat en lui tranchant la gorge, et en l’énucléant avec l’un de ses talons. puis, plus loin, un couple a subit des condamnations de 50 et 10 ans.Selon l’accusation, ces morts sanglantes ont apparemment été filmées g publiées en ligne, afin de gagner de l’argent. Des sources bien placées affirment qu’il avaient à leur actif d’autres vidéos tout aussi violentes mettant en scène des animaux, au nombre desquels des chatons, des souris, des lapins, etc… Selon les enquêteurs, ces vidéos sont surnommées « crush videos », « vidéos d’écrasement ». Ces vidéos montrent généralement la torture d’un animal, souvent écrasé, à des fins de stimulation sexuelle du spectateur. Selon la police, Richards exécutait souvent ces tueries en direct, filmé par Justice, qui a par ailleurs fourni un couteau ayant servi à tuer au moins l’un des animaux. Il a été condamné à 50 ans de prison ce lundi. Cette condamnation fait suite à une autre condamnation récente d’un jeune homme qui avait décapité quatre chiens. Celui-ci avait été condamné à 28 ans de prison.

les états unis sinsurgent!

Des vidéos et photos d’actes de cruauté envers les animaux sont de plus en plus présentes sur la toile et les réseaux sociaux tels que Facebook, suscitant indignation et écœurement. L’utilisation et l’accessibilité accrue aux réseaux sociaux permettent aux auteurs de ces actes intolérables de les diffuser fièrement au plus grand nombre, sous couvert « d’anonymat ». Beaucoup ont le réflexe de demander la suppression de ces contenus à Facebook ou YouTube, pour ne citer que ces deux réseaux populaires, mais est-ce la seule solution et est-elle efficace ? A quelles autorités s’adresser pour que les auteurs soient poursuivis et condamnés ? Des actes de cruauté envers les animaux de plus en plus diffusés sur internet. Oscar, victime de la cruauté d'un dégénéré, a suscité l'indignation des internautes francais. Nous l’avons hélas constaté en début d’année avec Oscar, ce chat violenté par un dégénéré dont l’acte odieux avait été filmé et la vidéo postée sur Facebook ou encore récemment avec les photos d’un chien dans une machine à laver en marche publiées sur ce même réseau social. Les exemples ne manquent pas et vous êtes probablement tombé un jour sur l’une de ces vidéos ou photos insoutenables que certains partagent avec allégresse et perversité. D’autres, croyant bien faire, partagent ces vidéos pour les dénoncer mais finalement, contribuent également à leur diffusion massive sans le vouloir.

Un examen psychiatrique effectué sur des patients qui ont régulièrement torturé des chats et des chiens, a démontré que tous présentaient des troubles importants d’agression sur les gens, comme par exemple un patient qui avait assassiné un enfant. Pour les investigateurs, une fascination pour la cruauté sur les animaux est un signal d’alarme rouge dans la vie des violeurs et assassins en série. Le fondateur de l’Unité de Sciences du comportement au FBI, Robert Ressler, a dit:  » Ceux-ci ont été des enfants qui n’ont jamais appris que c’était très mal d’arracher les yeux à un petit chien ».

Que dit la loi americaine?

Le statut de l'animal

Les principes généraux de la protection animale reposent désormais sur les articles L.214-1 à L.214-3 du Code Rural et de la Pêche Maritime. le tatut de l’animal fera l’objet prochainement d’un changement dans le nouvel article L 515-4 du code civil, voté à l’Assemblée Nationale en octobre 2014. Il sera prochainement indiqué :«  Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Ils doivent être placés dans des conditions conformes aux impératifs biologiques de leur espèce et au respect de leur bien-être. » Il est interdit d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité.

Les infractions commises envers les animaux sont réprimées par le Code Rural et de la Pêche Maritime et le Code Pénal.

le FBI connait le lien entre violence sur animaux et violences sur humains !

Il y a quelques semaines, le FBI américain a pris la décision de considérer comme une infraction majeure les crimes commis sur des animaux. Il s’agit là d’une reconnaissance évidente par une autorité de premier tout à la fois de la nature criminelle et cruelle des actes de sévices perpétrés contre des animaux, mais aussi du lien existant entre ces crimes et ceux commis à l’encontre d’êtres humains. Ce lien est désormais établi par de nombreuses études et travaux. Aux Etats-Unis la « National Link Coalition » étudie et alerte sur ces actes de cruauté envers les animaux qui souvent sont le signal d’alarme indiquant l’existence ou l’apparition prochaine d’actes de maltraitance vis-à-vis d’êtres humains. Cela a notamment été mis en lumière dans le cadre des violences familiales. Eleonora Gullone, spécialiste et professeur de psychologie renommée a déclaré  : « il est incontestable que l’agression dirigée vers les animaux et l’agression dirigée vers les humains ne constituent pas deux comportements distincts : de façon prévisible, les deux comportements sont liés. (…) En fait, la maltraitance des animaux peut servir d’indicateur des autres types de violence avec une précision remarquable, qu’il s’agisse de la violence familiale, de la criminalité ou de la maltraitance des enfants. » Cette problématique particulièrement sensible avait déjà été évoquée en France lors d’un colloque dont la FLAC était partenaire. A tout le moins, et sans avoir besoin d’être un professionnel de la psychologie ou de la criminologie, il semble être parfaitement de bon sens d’estimer que celui qui éprouve du plaisir à battre, torturer ou tuer un animal, peut effectivement développer en lui un penchant menant à commettre des actes similaires envers des êtres humains. Si bien évidemment cela ne peut être considéré comme une généralité, le doute et le simple principe de précaution devraient conduire nos sociétés à surveiller au plus près les auteurs de tels actes, afin de prévenir non seulement la récidive mais aussi d’éventuelles futures brutalités à l’encontre d’enfants, femmes ou hommes, dans le cadre familial ou non. Des études menées sur ce sujet ont permis d’apporter une première estimation chiffrée concernant les corrélations entre sévices visant des animaux et actes criminels à l’encontre d’êtres humains. On retiendra que les auteurs de crimes contre des animaux représentent la moitié de condamnés pour viol, la quasi-totalité des auteurs d’homicides sexuels, plus de 70 % d’auteurs de crimes sadiques récidivistes, et près de 60 % des délinquants violents ! Bien sûr, tous les auteurs d’actes violents à l’encontre d’animaux ne deviennent pas également des tortionnaires ou criminels ayant des êtres humains pour victimes. Les h d’études sur ce sujet soulignent que certaines particularités émergent des observations afin de désigner comme indicateurs forts la répétition de ces comportements, ou encore le fait que l’auteur a déjà un lien avec ses victimes animale (animaux domestiques, chiens, chats)…

Les Etats-Unis sont sous le choc après le massacre depuis la nuit du premier génocide contre les chiens de la capitale, nous a confier une souce fiable de lambassade des USA au pays des hommes intègres.