Congo: Élections présidentielles, Sassou Ngesso a perdu le sommeil

Sassou sous pressions, passe des nuits blanches depuis le 20 mars dernier. Son regard en dit long. 

Par Carlos THIE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Alors que Jeune Afrique  avait annoncé précipitamment une  victoire écrasante du Président Sassou après les élections présidentielles du 20 mars dernier,  on assiste aujourdhui à une serie de contestations des membres de l'opposition.

Hier Samedi, quatre candidats ont à travers un communiqué demander au peuple Congolais de contester pacifiquement la "tricherie" orchestrée par le pouvoir de Brazzaville. Les quatres signataires décrètent une opération ''ville morte'' à partir du mardi 29Mars 2016.

DES INCARCÉRATIONS A BRAZZAVILLE :

A la suite  de cette sortie, on assiste au Congo à des arrestations et des intimidations par la police nationale et les forces spéciales pour faire taire les voix de l’opposition.

Monsieur  Denis SASSOU est en train d’arrêter les opposants à son régime grâce à des raisons bien connues: il doit rester président.

Parmis ces arrestations, on peut citer entre autres :

- L'arrestation de M. Anatole Limbongo NGOKA, coordinateur national des comités de soutien du General Jean Marie Michel MOKOKO.

-  M. Jean Ngouabi, directeur de campagne du Général Mokoko. Il a été arrêté à Makoua, transféré à Owando puis à Brazzaville où il est actuellement enfermé.

- Raymond Ebonga, ancien député, directeur de campagne adjoint d'André OKOMBI SALISSA dans la Likouala a été arrêté à son retour, à Oyo, en possession de fiches de résultats. 

- Christine MOYEN, chargée à la logistique du candidat Jean marie Michel Mokoko arrêtée ce matin.

D’autres personnes également impliquées dans le travail de la Commission Technique Électorale, sont elles portées disparues à ce jour et notamment:

- Anthyme Bahimina, 2ème Vice-Président de la CTE, est introuvable et injoignable depuis deux jours maintenant.

- Patrice Lagali, porte-parole de la CTE, d'après les informations en notre procession aurait il y a deux jours reçus une convocation orale par téléphone de la DGST. Il ne devait pas s’y rendre tant qu’une convocation écrite ne lui avait pas été transmise. Il est introuvable et injoignable à ce jour.

Monsieur Sassou NGUESSO tente de faire diversion vers des sujets de sécurité  afin que l’attention de la communauté internationale soit détournée vers autre chose.

Sur les réseaux sociaux les messages reflètent la vraie volonté du peuple . quelques uns retenus pour vous:

"NOUS DEMANDONS JUSTE A SASSOU DE PARTIR." ,

" J'appelle mes compatriotes à respecter la journée ville morte du mardi 29 mars 2016 sur tout le territoire congolais. Restez chez vous et laissez le tyran Denis Sassou Nguesso avec son cercle de larbins réfléchir sur leur hold-up électoral. Nous exigeons le respect du verdict des urnes. 33 ans de vol #Sassoufit !"

Vivement que les protagonistes retrouvent le  bon sens et l'esprit d'intérêt général aux fins d'éviter une guerre civile et que définitivement la transition politique se passe dans les bonnes conditions.

Le Bénin devrait nous enseigner.

"La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple", comme le disait Abraham Lincoln.

Vos avis nous intéressent...