CAMEROUN: Un camerounais négociateur avec Boko Haram aux arrêts

Abdallah Adamou a été interpellé dans son domicile à Yaoundé. L'ensemble de la presse en parle. Les raisons et biens d’autres, dans cet article.

Abdallah Adamou se trouve entre les mains des forces de défense camerounaise. L'Œil du Sahel qui est le premier journal à en  parler mentionne que « l'un des deux négociateurs du Cameroun pour la libération des otages étrangers détenus par Boko Haram, a finalement été arrêté en fin de semaine du 20 mars par une unité des forces de sécurité camerounaises puis conduit vers une destination inconnue ».

Par Rodrigue TCHOKOUAHA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le journal présente l'homme de la quarantaine comme la pièce maîtresse du dispositif du Cameroun dans ses pourparlers officieux avec BokoHaram. Il a notamment été impliqué dans la libération de célèbres otages détenus par le groupe terroriste.

Le bihebdomadaire, à ce sujet indique qu'Abdallah Adamou a contribué à la libération de « la famille française Moulin Fournier dont sept membres avaient été enlevés à Dabanga le 19 février 2014 avant d'être libérés deux mois plus tard ; celle des prêtres italiens Giampaolo Marta, Gianantonio Allegri et la religieuse canadienne Gilberte Bussière, enlevés dans la nuit du 4 au 5 avril 2014 et libérés le 31 mai 2014 non loin d'Amchidé; et enfin celle des 10 Chinois enlevés à Waza en mai 2014 et libérés le 10 octobre en même temps que 17 Camerounais enlevés à Kolofata, le 27 juillet 2014 ».

Les raisons, c’est que les relations entre le pouvoir de Yaoundé et son ancien « négociateur » s'étaient considérablement dégradées ces derniers mois. L'ancien « allié » était désormais soupçonné de collusion avec Boko Haram. « Son passeport lui avait d'abord été retiré avant que l'un de ses bras droits, LOGONE, ne tombe dans la nasse. Arrêté il y a quelques mois à Maroua, celui-ci s'était toujours caché derrière son « mentor » pour se soustraire aux questions les plus embarrassantes des enquêteurs. Deux autres proches d'Abdallah Adamou ont été arrêtés à Amchidé, le 16 mars 2016 », renseigne notre confrère.

Maintenant, reste à voir avec la suite de l’affaire. D’autres interpellations devraient suivre, d’autant plus le président de la chambre basse du parlement, lui-même originaire du coin, avait maintes fois déclaré que Boko Haram était parmi nous, sans être interrogé ou même être inquiété. Il avait indexé pour le sacrifier son garde de corps Bouba Simala. L’on sait par ailleurs qu’il existe un ancien député AbbaMallah, tout aussi originaire de l’extrême nord, qui participait aux négociations avec Boko Haram. Qu’en est-il de tous ceux-là ? La suite de l’affaire nous le dira.

Affaire à suivre...

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.