AFRIQUE DU SUD : RAMAFOSA DRAGUE MALEMA POUR QU'IL REVIENNE DANS L'ANC. AFRIK-INFORM.COM

 

C'est une déclaration surprenante qu'a faite le président sud-africain et dirigeant de l'ANC au pouvoir, Cyril Ramaphosa, ce dimanche. Pour lui, Julius Malema devrait réintégrer l'ANC dont il avait été radié il y a six ans.

 

Par Achille Assako

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est à une véritable offensive de charme à l'égard de l'opposant radical Julius Malema que se livre le président Ramafosa depuis ce dimanche. Objectif, convaincre Malema de  réintégrer le parti ANC (African National Congress) dont il avait pourtant été exclu en 2012.

Durant une opération d'inscription des électeurs sur les listes électorales à Centurion, près de Pretoria, le président sud africain Cyrille Ramaphosa a notamment déclaré qu'il aimerait "que Julius Malema revienne à l'ANC. Il est toujours ANC, au fond de son coeur", avant de lancer le même appel en direction des partisans de Malema les rassurant que "l'ANC est leur maison". Il faut préciser que Ramaphosa fait les yeux doux à Malema dans un contexte où il vient d'être porté à la tête de l'exécutif sud africain en remplacement du sulfureux Jacob Zuma et a plus que jamais besoin d'annihiler toute opposition politique pour une mandature libérée.

A lire...AFRIQUE DU SUD : A PEINE ELU, LE NOUVEAU PRÉSIDENT AUGMENTE LES IMPÔTS. AFRIK-INFORM.COM

Julius Malema pour sa part avait fondé les Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale) après son exclusion du Congrès national africain (ANC). Son parti qui a récemment saccagé des magasins H&M en protestation d'une campagne de publicité raciste est désormais le troisième en nombre de députés à l'Assemblée nationale sud africaine.

Devenu le chef de l'opposition de gauche radicale, Julius Malema a lancé début mars sa campagne pour les élections de 2019 et affiché ses ambitions présidentielles.

Pendant des années, les EFF ont vivement critiqué l'ancien président Jacob Zuma et son gouvernement, accusés d'incompétence et de corruption.

Mais depuis la démission de M. Zuma en février, le mouvement a modéré son discours à l'égard du parti au pouvoir et du président Ramaphosa, s'en prenant plutôt avec virulence au principal parti de l'opposition, l'Alliance Démocratique.

Les déclarations de M. Ramaphosa interviennent après que Winnie Madikizela-Mandela, l'ex-épouse de Nelson Mandela, a assuré qu'elle allait persuader Malema dont elle est proche depuis les années Nelson Mandela, de rejoindre l'ANC.

Julius Malema a pour sa part exclu jusqu'à présent de réintégrer l'ANC dont il avait dirigé le puissant mouvement de jeunesse. "Ma grand-mère a 87 ans. Elle a dit que même si elle meurt, je ne dois jamais rallier l'ANC", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse en février au Parlement. "Je quitterai plutôt la politique pour devenir analyste sur Power FM", a-t-il ajouté, faisant référence à une station de radio locale. L'opinion est désormais suspendue aux lèvres de Malema qui, s'il revient dans l'ANC pourrait intégrer les hautes sphères du pouvoir exécutif de la nation arc-en-ciel.

0
0
0
s2sdefault