CLASSEMENT: CES PRESIDENTS AFRICAINS REELUS PAR PLUS OU ENVIRON DE 90% DES VOIX .

Réélu le week-end dernier à la tête de son pays, le président de la Guinée Équatoriale est sans conteste le président africain le "mieux élu" depuis son accession à la magistrature suprême en 1979. Occasion pour nous de nous interroger sur les autres présidents africains méritant de faire partie du club fermé des chefs d'Etat africains élus avec plus de 90% des voix. Scores écrasants face à une opposition muselée, présidence interminable, voici un aréopage de ces présidents africains les mieux "élus" sur le continent  ces dernières années.

6- Idriss Déby (Tchad) - 88,7% en 2011 et environ 67,66% en 2016

En 2011, Idriss Déby était réélu pour un quatrième mandat de président, avec 88,7% des suffrages exprimés. Ancien pilote de l’armée de l'air, il a su asseoir son pouvoir sur le front militaire. Les troupes tchadiennes, fortes de 70.000 hommes et assez bien équipées, font figure de première puissance africaine en ce domaine. Le Tchad est d’ailleurs régulièrement mis à contribution en tant que gendarme de l'Afrique, comme récemment au Mali ou encore en Centrafrique ou même aux côtés du Cameroun dans la lutte contre Boko Haram. Deby vient de se faire réélire au premier tour de l'élection présidentielle 2016 par un score de 61,56% pour un cinquième mandat consécutif.

5-Pierre N'Kurunziza (Burundi) 91,6% en 2010

 Lors de la précédente élection, en 2010, l’ancien prof de sports avait recueilli 91,6% des voix. La participation, elle, s’était établie autour de 76% des votants. Des chiffres à faire pâlir d’envie n’importe quel homme politique… sauf que, cette année-là, N’Kurunziza était le seul et unique candidat. A noter qu’il est le chef de file d’un parti baptisé le Conseil national de défense de la démocratie-Forces de la démocratie (CNDD-FDD). Vainqueur de la dernière présidentielle de Juillet 2015 par 69%, Nkurunziza brille plus que jamais par la chasse aux opposants dont la plupart finissent tués,  à l'instar du général Karazuza ''assassiné'' le 24 Avril dernier en compagnie de sa femme et sa fille.

4- Omar El-Béchir (Soudan) 94,5% en 2015

Omar El-Béchir a été réélu en avril 2015  par un score éloquent.  Aujourd’hui âgé de 73 ans, et trônant à la tête du Soudan depuis 27 ans après le putsch de 1989, le seul chef d'état africain en fonction faisant l'objet d'une instruction internationale se réjouissait des 94,5% de voix lui ayant donné la victoire. Cependant en face de lui, pas moins de treize candidats, mais tous quasiment inconnus, les leaders de l’opposition ayant préféré se retirer en signe de protestation. 

3- Paul Kagamé (Rwanda) 95% en 2003

En 2000, le vice-président Paul Kagamé, de la communauté tutsie, parvient au sommet d’un Etat meurtri par le génocide perpétré par les Hutus par vote du Parlement avant qu'il ne reçoive l’onction du peuple trois ans plus tard avec 95% des voix. En 2010, il est réélu avec 93% des suffrages enregistrés. Depuis, il mène le Rwanda d’une main de fer et devrait logiquement être réélu en 2017.

2- Abdel Fattah al-Sissi (Egypte) 96,9% en 2014

96,9% des suffrages validés, forcément, ça force le respect. Mais si on se penche plus attentivement sur cette victoire, on s’expose à une déception. Seulement 46% des Egyptiens se sont déplacés jusqu'à leur bureau de vote en mai 2014. Il faut croire que les électeurs du candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi,  président élu mais désormais emprisonné, n’ont pas cru au caractère démocratique de la démarche. Qu’on se rassure, le maréchal Abdel Fattah est «pour la démocratie, mais pas pour l’instant», comme il l’aurait confié au président de la République François Hollande il y a quelques mois.

1-Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée Equatoriale) 97% en 2002

Il est le vainqueur toutes catégories des scores extraordinaires lors des élections.   trente-sept ans, Obiang ne s’est toujours pas dégoûté du pouvoir. Il vient d'être élu le 24 Avril par 93,7%, score éclatant mais moins bon qu'en 2009 où il était réélu avec le très beau score de 95,4%. C’est toutefois moins bien que son succès record de 2002 avec 97% des voix. A la tête des troupes de la Guinée Equatoriale dans les années 70, il renverse son oncle alors président en 1979. Pourtant, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a le sens de la famille. Sa mauvaise santé pourrait bien obliger le passage de témoin à son fils Teodoro Obiang Nguema Mangué dit Teodorin, actuellement deuxième vice-président du pays.

Ne font pas partie de ce classement les monarchies, les pays où le président est élu par le Parlement et ceux où il est élu par le parti au pouvoir. A noter aussi désormais, certains de ces présidents ont modifié leur constitution en y insérant un scrutin à deux tours, qu'ils se contentent de remporter au premier tour par des scores tournant autour de 70% des voix. 

 

HABIB ASSANA.

Journaliste

contact@afrik-inform.com