CAMEROUN : LE MILLIARDAIRE YVES MICHEL FOTSO ECOPE D'UNE AUTRE CONDAMNATION A VIE, ALORS QUE LE TRIBUNAL REJETTE LES RECOURS DE MEBARA ET MARAFA

Le rouleau compresseur de la justice camerounaise semble s'être déchaîné contre Yves Michel Fotso, homme d'affaires milliardaire et les anciens secrétaires généraux de la présidence du Cameroun,  Jean Marie Atangana Mebara et Marafa Hamidou Yaya. 

Habib ASSANA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Déjà condamné à 25 ans de prison, Yves Michel Fotso a écopé de deux peines de prison à vie en l’espace de quatre jours, toutes liées à sa gestion des fonds publics lors de son passage à la tête de la Camair. La dernière condamnation a été prononcée le 29 avril 2016.

 Le juge Francis Claude Moukouri a prononcé la prison à vie à l’encontre d’Yves Michel Fotso et ordonné la confiscation des comptes appartenant pour la plupart aux sociétés dans lesquelles Yves Michel Fotso possède des intérêts économiques (Fotso Group holding, Capital Financial Holding, Clean Oil Logistic, Clean Oil Recording) logés à la BICEC, Afriland first bank, CBC, et UBA, pour ne citer que ces banques.

Pour cette autre peine, l’ancien Administrateur Directeur Général est reconnu coupable d’un détournement de 10, 057 milliards FCFA, l’accusé a été condamné a versé 20 milliards FCFA à la liquidation de la Camair, préjudice moral, préjudice économique et frais de justice confondus. À l’État du Cameroun, il devra payer la somme de 20 millions FCFA. 

Mais au détail, il a été reproché à Yves Michel Fotso d’avoir distrait 8, 934 milliards FCFA en ‘‘mettant en berne’’ le contrat d’achat de deux aéronefs auprès de la société Bombardier. (…) Il est aussi  reproché à Yves Michel Fotso d’avoir payé à la société Aircraft, dont il est présenté comme étant le promoteur, la somme de 4,053 milliards FCFA débitée du compte Camair logé à la CBC (…)  Dans le cadre de l’indemnisation du 747 combi, un avion appartenant à la Camair, suite à l’accident survenu à Paris, l’assureur avait versé 29 milliards FCFA à la Camair en quatre acomptes. Ces paiements se sont effectués en dollars. Soit, 10 millions de dollars en janvier 2001, 15 millions de dollars en février 2001, 1,5 million de dollars en avril 2001 et 2,2 millions de dollars en juillet 2001. Sur instruction de Yves Michel Fotso, ces paiements ont été libellés dans le compte de la CBC logé à la BNP Paris au lieu de les transférer dans le compte de la Camair logé à la CBC Douala. Par cette opération, le milliardaire a permis à la CBC de bénéficier des intérêts de l’ordre de 4,666 milliards FCFA qui auraient du profiter à Camair. Enfin, Yves Michel Fotso est accusé d’avoir vendu l’épave du Boeing 747 Combi à une société de location d’avions à hauteur de 1,4 milliard FCFA sans, toutefois, reverser cette somme à la Camair.

Si Yves Michel Fotso est fixé sur son sort, tel n'est pas le cas de deux autres anciens caciques du régime, tous deux anciens secrétaires généraux de la présidence.

La Cour Suprême du Cameroun, lors de l’audience du 3 Mai, a rejeté la demande de pourvoi de cassation d’Atangana Mebara qui réclamait «l’annulation de la décision avant dire droit prononcée le 10 septembre 2015 par le Tribunal Criminel Spécial, dans l’affaire du détournement de 5 millions de dollars, soit environ 2,5 milliards de Francs CFA dans le compte de la société Boeing aux États-Unis pour l’acquisition d’un aéronef neuf dénommé BB jet 2»

Les raisons avancées par la collégialité des juges pour justifier ce rejet font état des vices dans le fond et dans la forme de la demande suscitée. Atangana Mebara, a déclaré se retrouver face à un mur qui ne lui permet pas de bénéficier de ses droits fondamentaux.

Quant à l'autre affaire,  celle de Marafa Hamidou Yaya qu'on a d'ailleurs vu discuter chaleureusement avec son prédécesseur au secrétariat général de la présidence, Atangana Mebara en salle d'audience,  elle a été renvoyée au 17 Mai par le Premier Président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone. Marafa voulait faire annuler sa condamnation à 25 ans de prison ferme pour «complicité intellectuelle» dans le détournement de deniers publics liés à l'achat du BBJet 2.