CAMEROUN : POLITIQUE - QUINZE PARTIS D'OPPOSITION FORMENT UNE COALITION POUR MOBILISER QUINZE MILLIONS D'ÉLECTEURS

A l'initiative du MODECNA, une quinzaine de partis d'opposition ont décidé d'unir leurs forces face au parti au pouvoir, le Rdpc du président Paul Biya. Objectif, mobiliser quinze millions d'électeurs pour installer un président disposant d' une véritable légitimité à la tête du pays.

Habib ASSANA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des partis politiques de l'opposition camerounaise regroupés en front commun... Une coalition parmi tant d'autres?  Voilà une question à laquelle ne peut échapper Bruno Deffo, le président du Modecna et coordinateur de la jeune Coalition Citoyenne pour Cameroun (COACIC) qui a rencontré la presse à Douala il y a quelques jours après sa légalisation en tant qu'association. Il y répond en affirmant que cette alliance est particulière, les partis politiques membres ayant pour la première fois réussi à taire leurs divergences et leur appétit de leadership  pour faire front commun lors des prochaines échéances électorales, avec en point de mire la présidentielle qui selon toute vraisemblance sera anticipée. 

La rencontre entre ces partis politiques au rang desquelles on compte la deuxième force politique du pays (le Social Démocratic Front de Ni John Fru Ndi) a donné lieu à une réflexion dont l'objectif est d'appeler les camerounais à s'inscrire massivement sur les listes électorales, atteindre un seuil critique de quinze millions d'électeurs qui permettrait d'élire un président de la République en totale légitimité. En rappel, seuls deux millions de camerounais ont élu Paul Biya sur un peu moins de quatre millions d'électeurs alors que le potentiel electoral est d'environ seize millions d'électeur. 

Le défi de la Coacic est donc de redonner l'envie de participer à la vie politique à tous les électeurs camerounais qui s'en étaient détournés au motif que les résultats donnant le Rdpc vainqueur sont connus d'avance avec un "président illegitime élu par deux millions de camerounais sur une population de plus de vingt deux millions d'habitants". Pour cela, la Coacic se dresse en organe collaborant avec Elecam, l'organisme en charge de l'organisation des élections au Cameroun, un organe pourtant soupçonné de faire le jeu du parti au pouvoir le Rdpc lors de chaque consultation électorale. 

A noter aussi que la COACIC émet quelques exigences dont les plus marquantes sont la retraite du président Paul Biya en 2018; le respect de la constitution et l'arrêt des modifications intempestives de celle ci au gré des désirs du président Biya; la modification du code électoral pour faire passer l'élection présidentielle en scrutin uninominal à deux tours et bien d'autres. 

Reste seulement à savoir si cette coalition sera pérenne au delà des prochaines échéances et si le pouvoir de Yaoundé n'essayera pas de fissurer cette belle entente.