SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

CAMEROUN – OPINION : S’IL FAUT SANCTIONNER MOMO, IL FAUT AUSSI LE FAIRE AVEC IBRAHIM CHERIF ! AFRIK-INFORM

Information
05 février 2019

CAMEROUN – OPINION : S’IL FAUT SANCTIONNER MOMO, IL FAUT AUSSI LE FAIRE AVEC IBRAHIM CHERIF ! AFRIK-INFORM

 

Loin de moi la prétention de vouloir donner des leçons à mon cher ainé dans la profession. Mais après avoir regardé toute l’émission Actualité Hebdo diffusée dimanche dernier qui recevait Me Jean De Dieu MOMO, président du PADDEC, il me semble que le présentateur a une grosse responsabilité dans ces dérives.

Par Romaric Tenda

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Premièrement, je n’ai pas trop compris la logique de recevoir Me Jean De Dieu MOMO comme président d’un parti politique et de le laisser bavarder autant sans réelle riposte. L’invité était trop alaise à mon sens et face à lui, on avait un Ibrahim Chérif qui semblait jouer le jeu posant des questions visant à caresser son invité dans le sens du poil. Si on part sur la logique selon laquelle une interview, c’est du « hot » et du « hard », et donc une confrontation entre le présentateur et son invité afin que jaillisse la vérité, il m’a semblé être en face d’un présentateur vraisemblablement tendre et très mou comme en mission pour faire un sale boulot.

Deuxièmement. Je voudrai comprendre comment Ibrahim Chérif tout au long de son entretien avec Me MOMO a laissé tant de temps à ce monsieur pour froisser un homme politique fuit-il d’un parti de l’opposition en taxant ses membres de « fascistes », sans que le présentateur de la CRTV, ne l’interrompe en demandant les preuves de ses allégations, ou en lui rappelant ce que lui aussi était hier, avant de bénéficier de la grâce présidentielle ? Mais le comble pour moi est venu du temps mis par Me MOMO à parler du peuple bamiléké. Quasiment 20 minutes sur ce sujet avec des relances du présentateur qui a insisté par au moins deux fois je cite : « Me MOMO, y-a-t-il un problème Bamilékés au Cameroun » ? Et « En le disant, ne doit-on pas vous traiter de traitre » ? Deux interrogations inquiétantes pour un journaliste de la télévision nationale dont-on connait les états de service quasi irréprochable mais qui curieusement a insisté avec une attention singulière sur un sujet aussi délicat et sensible. Aussi, je ne comprends pas comment on admet qu’un tel sujet lié au phénomène identitaire soit traité avec une pareille orientation sur la CRTV. On a l’habitude de nous dire que l’Etat est le garant de la stabilité nationale et du vivre ensemble camerounais. Mais quand c’est le même Etat qui laisse traverser ce genre de dérives sans aucune sanction, on est en proie à se demander à quoi joue-t-on au finish ?

A lire...CAMEROUN – POLITIQUE : POURQUOI LE GOUVERNEMENT SE DÉSOLIDARISE DE JEAN DE DIEU MOMO SEULEMENT ÂPRES LA RÉACTION D’ISRAËL ? AFRIK-INFORM

Troisièmement. Ibrahim Chérif tout comme Charles Pythagore Ndongo, devraient faire face à une audition de leur hiérarchie pour expliquer comment ils ont pu laisser passer ce type d’erreur dans une émission enregistrée. Le peu d’expérience que j’ai depuis le début de ma carrière m’a fait comprendre quelle était la responsabilité d’un journaliste dans une émission enregistrée. Celle-ci (ladite responsabilité) est double étant donné qu’après le temps d’enregistrement, le journaliste et son équipe doivent couper les partis pouvant ternir l’image du pays. Soit par des conflits ou des mésententes. Alors question : Pourquoi avoir choisi de diffuser cette émission précisément avec ces parties aussi choquantes et blessantes ? Seuls les responsables de la CRTV seraient capable d’apporter des éclaircis autour de la question.

Mais en attendant, il faut établir toutes les responsabilités y compris celles du journaliste. L’Etat ne doit pas seulement appliquer des punitions sélectives.

0
0
0
s2sdefault