SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

POLITIQUE – OPINION : UN MEMBRE D’UNE COMMUNAUTE REPUTEE DOMINANTE ECONOMIQUEMENT DOIT-IL CHERCHER A DEVENIR PRÉSIDENT ? AFRIK-INFORM

Information
06 février 2019

POLITIQUE – OPINION : UN MEMBRE D’UNE COMMUNAUTE REPUTEE DOMINANTE ECONOMIQUEMENT DOIT-IL CHERCHER A DEVENIR PRÉSIDENT ? AFRIK-INFORM

 

Il y a quelques années, j’envoyais une des premières ébauches de ma thèse à une collègue kenyane pour critiques et commentaires. La thèse portait sur l’étude du modèle entrepreneurial des « communautés réputés entrepreneuriales » en Afrique noire. J’avais donc identifié 27 communautés comme faisant partie de ces « communautés réputés entrepreneuriales » parmi lesquelles les Igbo du Nigeria, les Kikuyu du Kenya, les Gurage d’Ethiopie, les Chagga de Tanzanie, les Nande de RDC, les Adja du Benin et les bamilékés du Cameroun, pour ne citer que sept.

Ma collègue kenyane me fournit beaucoup de critiques et commentaires détaillés sur l’ébauche mais a la fin me fit part de la gêne qu’elle éprouvait à traiter de ce sujet. D’après elle, et vu du Kenya, ce sujet était potentiellement générateur de conflits sociaux car me dit-elle la politique au Kenya était tellement tribalisée et les accusations d’hégémonie portées à l’encontre des Kikuyu trop ressassées. Elle en tant que Kikuyu se sentait donc quelque peu mal à l’aise de parler de l’entreprenariat des Kikuyu qui ne manquera probablement pas d’être mal perçu par les non-Kikuyu, ajouta-t-elle.

En fait ce cas de Kikuyu est intéressant à plusieurs égards. Avant l’Independence du Kenya, les Kikuyu démontraient déjà un grand dynamisme en affaires un peu comme les Bamilékés. Mais contrairement aux Bamiléké, le premier président du Kenya indépendant, Jomo Kenyatta, était Kikuyu. Comme la plupart des pays africains dès les indépendances, le Kenya avait donc initié une politique d’« africanisation » (remplacer des cadres blancs par des noirs et promouvoir également la présence des noirs dans l’économie).

Le Kenya était tout particulièrement actif dans ce dernier volet d’africanisation de l’économie et pendant longtemps (années 1960-70s) a été présenté par beaucoup de chercheurs internationaux comme le modèle par excellence du « capitalisme africain » naissant. D’après les chercheurs kenyans, y compris beaucoup de chercheurs Kikuyu, cette africanisation de l’économie kenyane était en fait une « Kikuyusation ».

En effet, les cadres Kikuyu qui occupaient presque tous les plus grands postes dans l’administration et qui pilotaient donc les programmes gouvernementaux d’africanisation économique orientaient simplement ces programmes presque exclusivement vers leurs frères Kikuyu au début et par la suite vers eux-mêmes au travers de sociétés privées qu’ils avaient créées. C’est ainsi que l’expression « chevauchement » est née dans la littérature sur le capitalisme africain. Le chevauchement étant cette pratique par laquelle des gens sont à la fois haut cadre dans l’administration et grands hommes d’affaires.

A la mort de Jomo Kenyatta en 1978, Daniel Arap Moi, vice-président et dauphin désigné de Kenyatta, devient président. Auparavant, une partie de l’élite Kikuyu avait tout fait pour empêcher Arap Moi d’un jour devenir président (tentative de changement de la constitution, etc.) car Arap Moi n’était pas Kikuyu mais Kalendji, une tribu minoritaire au Kenya – Kikuyu et Luo étant les deux tribus majoritaires au Kenya et éternels rivaux.

A lire...CAMEROUN – POLITIQUE : POURQUOI LE GOUVERNEMENT SE DÉSOLIDARISE DE JEAN DE DIEU MOMO SEULEMENT ÂPRES LA RÉACTION D’ISRAËL ? AFRIK-INFORM

Une fois au pouvoir Arap Moi va également utiliser la machine de l’Etat pour détruire systématiquement la présence des Kikuyu dans l’économie et tenter lui-aussi de créer une nouvelle élite économique, Kalendji cette fois-là. Face aux difficultés et attaques ciblés de l’Etat, les Kikuyu ne survivront dans le monde des affaires que parce qu’ils avaient à la base une certaine culture entrepreneuriale et aussi parce que malgré les efforts d’Arap Moi, les Kalendji ne réussiront pas vraiment à produire une élite économique.

Depuis on a eu deux autres présidents au Kenya, tous les deux Kikuyu : Mwai Kibaki (2002 -2013) et Uhuru Kenyatta -fils de Jomo Kenyatta (2013- jusqu’à ce jour). Mwai Kibaki semble-t-il ne souhaitait pas l’élection d’Uhuru Kenyatta et aurait dit « Not, another Kikuyu again…» car la politique Kenyane est en effet toujours tendue avec la rivalité Kikuyu contre Luo donc Raila Odinga est le candidat. La gêne de ma collègue kenyane faisait donc référence à ce contexte politique tendu qui dégénère souvent en affrontements sanglants.

Discutant avec cette collègue au sujet de cette gêne, elle avait également attiré mon attention sur le livre d’Amy Chua « World On Fire: How Exporting Free Market Democracy Breeds Ethnic Hatred and Global Instability » car elle voyait ce livre comme une contribution indispensable pour comprendre le dilemme politique des « communautés réputés entrepreneuriales ».

Une parmi les multiples thèses dans ce livre c’est qu’il semble exister un PACTE non-écrit dans les pays où ils existent une communauté dominante dans l’économie, que ceux-ci vont se concentrer dans l’économie sans jamais toucher à la politique, surtout pas le poste de président. L’une des craintes étant un scenario de type Kikuyusation : « Si même ça ils prennent encore, finalement nous auront alors quoi? » pensent les autres communautés. Chaque fois, qu’il y a risque de violation de ce pacte non-écrit, c’est-à-dire quand un membre d’une de ces communautés se rapproche « dangereusement » du poste de président, des tensions s’en suivent pouvant aller jusqu'au génocide d'après Amy Chua. L’un des intérêts du livre de Chua c’est de montrer l’universalité de ce phénomène.

QUELQUES EXEMPLES RECENTS (que je formule, pas nécessairement ceux traités par Chua)

1) Les Igbo font cette expérience au Nigeria tout le temps, où des alliances Haoussa-Yoruba en politique sont constamment nouées pour leur bloquer la voie vers Aso Rock. Ils ont même fait une tentative échouée de sécession (la guerre du Biafra), pour laquelle beaucoup Igbo restent nostalgiques jusqu’à ce jour, à cause d’un sentiment d’être bloqué dans leurs ambitions politiques et autres.

2) On a vu l’ex-gouverneur de Jakarta (Indonésie), Basuki Tjahaja Purnama (surnommé Ahok) avoir tous les problèmes du monde notamment son accusation et condamnation pour « blasphème ». Il est en prison à ce jour. Ahok est Chino-indonesien, une communauté économiquement dominante en Indonésie, devenait populaire et avait dit qu’il souhaiterait un jour être Président de l’Indonésie ! Ahok should "know his place lest the Indonesian Chinese face the consequences of his action" - un général indonésien dénommé Surya Prabowo avait déclaré.

3) On a vu comment les Russes ont donné le pouvoir absolu à Poutine avec pour mission en grande partie de casser la monté des « oligarques russes » surtout que sur la base de leurs milliards, certains de ces oligarques comme Mikhail Khodorkovsky étaient déjà perçu comme ayant des ambitions politiques. Ces oligarques russes sont juifs, la communauté économiquement dominante en Russie.

4) Même aux Etats Unies, (pays où les Juifs ont probablement eu le plus de liberté et d’opportunités d’ascension sociale au monde en dehors d’Israël) malgré leur dynamisme débordant dans tous les domaines, on constate bien qu’aucun juif n’a encore été président. Le seul ayant sérieusement candidaté c’est Bernie Sander et ce n’était que très récemment 2016 (avant Sander, Barry Goldwater donc seul le père était juif or on est juif par la mère et il était également de religion chrétienne de l’Eglise épiscopale avait été aussi candidat en 1964 mais avait été battu par une grande marge). Or notons que les juifs sont actifs dans la politique américaine bien avant l’Independence des Etats-Unis en 1776 (Francis Salvador, juif est membre du parlement colonial en 1775 et le premier gouverneur juif d’un état américain était en 1887 - Washington Bartlett pour l'Etat de California). Qu'il n'y ait pas eu de président d'origine juive des USA à ce jour, est-ce un cas d'autocensure ou simplement pas d'envi des concernés depuis 1776?

Bref ce qu'on observe aujourd’hui dans le débat politique au Cameroun avec la monté du MRC semble être un phénomène qu’on retrouve un peu partout dans le monde. Nous comprendrons probablement mieux ce phénomène si nous nous familiarisons avec ces expériences d’ailleurs.

-------

Post-election violence in Kenya 2007/8.

0
0
0
s2sdefault