VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
http://www.infinixmobility.com/cm
http://www.infinixmobility.com/cm

SÉNÉGAL: MACKY SALL DISQUALIFIE SES ADVERSAIRES ET PRÉPARE SA RÉÉLECTION. AFRIK-INFORM

Information
18 février 2019

SÉNÉGAL: MACKY SALL DISQUALIFIE SES ADVERSAIRES ET PRÉPARE SA RÉÉLECTION. AFRIK-INFORM

 

Ce 24 février, les sénégalais vont voter le prochain président.  Les rivaux de poids ont été éliminés. L'opposition dénonce l'invalidation des candidatures de Karim Wade, fils et ancien ministre du prédécesseur de Macky Sall, Abdoulaye Wade (2000-2012), et du maire déchu de Dakar Khalifa Sall, dissident du Parti socialiste (PS), tous deux frappés par des condamnations judiciaires.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les premiers résultats sont attendus dès la fermeture des bureaux à 18H00 GMT mais ne deviendront officiels qu'à partir du 25 ou du 26 février. Un éventuel second tour, compte tenu des délais légaux de proclamation, de possibles contestations et de la nouvelle campagne, se tiendrait vraisemblablement le 24 mars.

Le Sénégal, qui a connu deux alternances, en 2000 et en 2012, et aucun coup d'Etat, fait figure de modèle démocratique en Afrique, mais les campagnes électorales y sont souvent émaillées d'accusations de corruption, de désinformation et de violences.

Pour la première fois depuis 1978, ni le PS ni le Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral) d'Abdoulaye Wade ne présentent leur propre candidat. Mais la famille libérale est particulièrement bien représentée, avec Macky Sall, Idrissa Seck et l'ancien ministre Madické Niang, tous trois issus du PDS.

A lire...SÉNÉGAL - POLITIQUE : MACKY SALL NE BRIGUERA PAS UN TROISIÈME MANDAT. AFRIK-INFORM

Abdoulaye Wade a appelé à brûler le matériel électoral et à s'attaquer aux bureaux de vote, une "attitude de subversion" dénoncée par le gouvernement, mais dont le ministre de l'Intérieur Aly Ngouille Ndiaye a minimisé la portée. "Dans ce pays-là, on ne peut pas, on ne peut plus truquer des élections", a assuré le ministre.

Lors de son investiture le 1er décembre, en présence des présidents ivoirien Alassane Ouattara, gambien Adama Barrow, libérien George Weah, mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et du Premier ministre bissau-guinéen Aristide Gomes, Macky Sall s’est engagé à amener le Sénégal “plus loin et plus haut”.

0
0
0
s2sdefault