SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

ALGÉRIE – POLITIQUE : ABDELKADER BENSALAH REMPLACE BOUTEFLIKA AU POUVOIR, MAIS LES MANIFESTATIONS CONTINUENT. AFRIK-INFORM

Information
10 avril 2019

ALGÉRIE – POLITIQUE : ABDELKADER BENSALAH REMPLACE BOUTEFLIKA AU POUVOIR, MAIS LES MANIFESTATIONS CONTINUENT. AFRIK-INFORM

 

Ce mardi 9 Avril, le président du sénat Algérien Abdelkader Bensalah a remplacé Abdelaziz Bouteflika à la tête du pouvoir, conformément à la loi constitutionnelle pour une durée de 90 jours. Un intérim qui ne plait pas à la population qui continue de demander le départ de tout le régime ayant un trait avec l’ex président.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   

En effet, de nouvelles manifestations ont lieu en Algérie ce mercredi 10 avril. Tout comme celle de la veille, elles font l'objet d'une répression sévère, alors que les manifestants demeurent pacifiques. Plusieurs observateurs s'inquiètent de ce nouveau choix de recourir à la force par le gouvernement, ce qui a d’ailleurs valu l’expulsion du pays du directeur de l’agence de presse AFP à Alger, alors que l'agence avait reçu des visites et des commentaires des autorités suite à sa couverture des évènements politiques dans le pays et de l'état de santé d'Abdelaziz Bouteflika.

Abdelkader Bensalah a été remplacé à la tete du sénat par le vice président du sénat Salah Goudjil pour 90 jours, durée  pendant laquelle ce dernier assure la présidence de l'Algérie par intérim. Malgré tout, la suite de la mobilisation s'organise déjà. Le 12 avril pourrait aussi être marqué par un septième vendredi consécutif de manifestations. Beaucoup d'Algériens continuent de réclamer un nouveau système politique et le départ des principales figures au pouvoir, alors que de son coté le président intérimaire a promis d’organiser une élection transparente : « Nous sommes obligés d‘être compétitifs, les citoyens, la classe politique et les institutions de l‘État, car nous devons veiller à ce que les conditions, toutes les conditions, soient réunies pour un scrutin présidentiel transparent et régulier, dont nous serons tous les garants. Un scrutin qui permettra à notre peuple de faire son choix libre et souverain » a-t-il déclaré dans un discours retransmis à la télévision d’Etat.

0
0
0
s2sdefault