VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
http://www.infinixmobility.com/cm
http://www.infinixmobility.com/cm

SOUDAN – POLITIQUE : LA POPULATION ROMPT LE DIALOGUE AVEC L’ARMEE. AFRIK-INFORM

Information
23 avril 2019

SOUDAN – POLITIQUE : LA POPULATION ROMPT LE DIALOGUE AVEC L’ARMEE. AFRIK-INFORM

 

Ce dimanche 21 Avril, les partis de l’opposition Soudanaise ont renoncé à proposer un gouvernement civil de transition. Ils affirment que cette résolution revient au conseil militaire de transition, avec qui ils ont rompu le dialogue.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, ce lundi 22 Avril, le conseil militaire de transition a demandé à la population manifestante de libérer l’entrée du quartier général de l’armée de Khartoum. Une sommation qui n’a pas suscitée l’intérêt de la population, qui n’a pas bougée et qui continue de réclamer un transfert de pouvoir aux civils. Les tensions sont toujours accrues dans le pays et la population affirme ne rien lâcher étant donné que le combat depuis plusieurs mois, est dans le but de remettre le pouvoir au peuple.

Un membre de l’Association des Professionnels Soudanais (APS), Dora Gombo explique que le conseil militaire de transition a essayé d’imposer un gouvernement constitué des partis politiques proches de l’ancien régime. Ce sont des organisations, explique t’elle, qui ne font pas partir de la coalition de la liberté et du changement qui ont mené ce combat depuis le début jusqu’à la destitution de Omar El Béchir.

A lire...SOUDAN – POLITIQUE : OMAR EL BECHIR VERS LA PORTE DE SORTIE ? AFRIK-INFORM

Cependant, l’opposition Soudanaise tient à proposer un gouvernement ce jeudi même si le conseil militaire de transition ne l’accorde pas. Dora Gombo affirme que le dialogue reprendra avec l’armée à la seule condition que les personnes appartenant aux partis politiques proches du régime de Omar El Béchir, soient tenues à l’écart de ce nouveau gouvernement attendu. Il s’agit entre autre également du chef de la police, du chef des services de renseignement et du chef du comité politique du conseil militaire.

Une situation tendue qui est à l’origine d’un des deux sommets d’urgence convoqués en Egypte ce mardi par le président en exercice de l’Union Africaine, Fattah Al-Sissi.

0
0
0
s2sdefault