VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
http://www.infinixmobility.com/cm
http://www.infinixmobility.com/cm

CAMEROUN - POLITIQUE : LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU SE RÉUNI CE 13 MAI POUR LA CRISE ANGLOPHONE. AFRIK-INFORM

Information
04 mai 2019

CAMEROUN - POLITIQUE : LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU SE RÉUNI CE 13 MAI POUR LA CRISE ANGLOPHONE. AFRIK-INFORM

 

Sur la demande des Etats-Unis d’Amérique, le conseil de sécurité de l’ONU se réunira ce 13 Mai afin d’examiner la situation au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du Cameroun. Il s’agira de la toute première du genre des nations unies, depuis que la crise a débuté dans ces deux régions du pays.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ladite réunion sera en effet informelle à en croire les confrères de l’AFP. Elle portera globalement sur la situation humanitaire dans les deux régions en particulier, et dans le pays en général. Il n’y aura donc aucun communiqué du conseil de sécurité de l’ONU à l’issu de cette réunion, et d’ailleurs des intervenants extérieurs au dit conseil auront la possibilité de prendre part à cette réunion, voire même donner leur avis.

Conscient de ce que le Cameroun est un pays très important par son rôle apporté aux relations internationales et sur son poids au niveau de la sous-région Afrique centrale, la mission américaine à l’ONU a déclaré que le conseil de sécurité devait porter un intérêt à ce problème depuis bien longtemps.  Elle espère qu’à l’issue de cette réunion, des réponses régionales et internationales plus robustes soient adoptées afin d’éviter une dégradation plus importante.

A lire...OUGANDA – POLITIQUE : UN DÉPUTÉ DE L’OPPOSITION APPELLE LE PEUPLE A AGIR COMME LES ALGÉRIENS ET LES SOUDANAIS. AFRIK-INFORM

Un interet du conseil de sécurité de l'ONU, qui arrive alors que l'ancienne présidente du Chili Michelle Bachelet aujourd'hui haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, invitée par le président Paul Biya pour une durée de 4 jours au Cameroun, a entamé des discussions avec les partis politiques de l'opposition et du parti au pouvoir, pour mieux s'imprégner de la situation humanitaire dans le pays. 

On se rappelle que l’alarme avait déjà été lancée depuis le mois d’Avril par l’ONG Human Rights Watch, qui demandait au conseil de sécurité de l’ONU de se pencher sur cette situation qui devient de plus en plus violente dans les deux régions, et qui s’étend progressivement dans les villages environnants. Dans le sillage, l’ONG think thank crisis group a d’ailleurs rendu public un rapport (très contesté par certains médias), ce 2 Mai dans le lequel elle faisait état de 1800 morts en 20 mois de crises entre les séparatistes anglophones et les forces de défenses.

 

0
0
0
s2sdefault