INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

CAMEROUN - CRISE ANGLOPHONE : HUMILIÉ, LE PM DION NGUTE PARVIENDRA-T-IL A RÉCONCILIER LES ANGLOPHONES AVEC LE RÉGIME DE PAUL BIYA? AFRIK-INFORM

Information
11 septembre 2019

CAMEROUN - CRISE ANGLOPHONE : HUMILIÉ, LE PM DION NGUTE PARVIENDRA-T-IL A RÉCONCILIER LES ANGLOPHONES AVEC LE RÉGIME DE PAUL BIYA? AFRIK-INFORM

 

Alors que la nomination de ce Chef traditionnel, qualifié par nombre d'observateurs comme étant un homme pondéré, polissé et affable, avait suscité un immense espoir dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest, à peine a-t-il commencé à déployer ses talents de négociateur que son initiative a été abattue en plein vol.

Par Carlos Thie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'on a encore en mémoire cette phrase lapidaire du Ministre de l'administration territoriale (MINAT) Paul Atanga Nji sur un média étranger qui affirmait il y a quelques mois que "la forme de l'État est non négociable", entendez par là " le fédéralisme ne fait pas partie des sujets à mettre sur la table des négociations avec les milices sécessionnistes." Cette sortie malheureuse du MINAT faisait suite à l'apothéose avec laquelle les populations des régions anglophones (nord-ouest et sud-ouest) avaient accueilli le Premier Ministre Dion Ngute qui, revêtu d'un vêtement traditionnel d'apparat sans gilet pare-balle, avait affirmé "qu'aucun sujet n'est tabou, y compris celui de la forme de l'État".

A l'époque des faits, la presse nationale et internationale avait abondamment relayé les propos du MINAT Atanga Nji, en l'accusant d'un excès de zèle. Mais après analyse du discours martial du Président Paul Biya ce 10 septembre 2019 à la nation camerounaise, les choses semblent désormais claires. Le Ministre Atanga Nji n'est que l'exécutant servile des basses besognes de l'unique commanditaire qui est bel et bien le Président de la République.

Il ressort en effet du discours de Paul Biya les points saillants ci-dessous:

A lire...CAMEROUN- CRISE ANGLOPHONE : LES DEVOIRS DE MEMOIRE DE PAUL BIYA ? AFRIK-INFORM

1- Le fédéralisme n'est pas à l'ordre du jour. La décentralisation poursuivra son cours. En le disant, le Président Biya conforte la position défendue par Atanga Nji suivant laquelle "la forme de l'État unitaire est non négociable". Et ce faisant, renie l'engagement pris par son Premier Ministre auprès des populations anglophones.

2- on ne négocie pas avec des terroristes (milices ambazoniennes). Les terroristes doivent déposer les armes sans conditions. Paul Biya l'a clairement sous-entendu hier et de ce fait reprend des formules chères à son MINAT.

3- Le régime a octroyé des postes importants dans le gouvernement et au sein de la haute administration aux ressortissants du Nord-ouest et du Sud-ouest. Cet argument était l'argument phare du Ministre Atanga Nji au début de la crise, lorsqu'il expliquait devant les caméras de la CRTV qu'il n'existait aucun problème anglophone, arguant de ce que le Premier Ministre est anglophone, les directeurs généraux de la douane et du trésor, principales administrations de perception des recettes publiques, sont anglophones, etc.

4- La fameuse phrase: "On va dialoguer avec qui?" qui a été plusieurs fois reprises par Paul Atanga Nji et son homonyme Paul Biya pour justifier la non tenue jusqu'ici d'un dialogue national inclusif. Mais avec qui compte-t-il dialoguer à la fin du mois de septembre ?                              

Après avoir totalement désavoué le Premier Ministre Dion Ngute au profit de son MINAT Paul Atanga Nji, Paul Biya montre bien que c'est lui l'unique et l'incontesté maître du jeu et personne d'autre, surtout pas le soi-disant "entourage malfaisant", que la rue accable tant.

Poussant le vice et la perfidie plus loin, comme à l'accoutumée, c'est à Dion Ngute qu'il vient de désavouer que Paul Biya demandera de conduire un dialogue national inclusif dans des conditions auxquels ce dernier n'y croit plus lui-même. Les prochains mois risquent encore d'être douloureux pour le peuple camerounais et particulièrement pour la communauté anglophone

0
0
0
s2sdefault