INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN: BIEN COMPRENDRE LE FÉDÉRALISME COMMUNAUTAIRE PROPOSÉ PAR CABRAL LIBII = AFRIK-INFORM

Information
18 septembre 2019

CAMEROUN: BIEN COMPRENDRE LE FÉDÉRALISME COMMUNAUTAIRE PROPOSÉ PAR CABRAL LIBII = AFRIK-INFORM

 

C'est une analyse que nous propose l'inconditionnel soutien à Cabral Libii, Christian NDJOCK NKONGO du mouvement 11 millions de citoyens. ce militant de base, explique par exemple que le projet proposé par Cabral est unique au monde et viendra faire sortir la Cameroun des traditions ancestrales qui jusqu'ici ont freinées son développement. Il fait aussi la précision selon laquelle, loin des interprétations visant à donner au projet de son leader pour le Cameroun une coloration tribale, le président du PCRN vient offrir au camerounais, le projet le plus innovant de son histoire politique. Il ajoute d'ailleurs que cela conduira Cabral Libii vers Etoudi inéluctablement dans les prochains mois. Une analyse qu'Afrik-inform vous propose en intégralité ci-dessous

--------------------------------

 Depuis quelques jours la toile est enflammée, un nouveau terme a fait irruption : LE FÉDÉRALISME COMMUNAUTAIRE. Chacun y va de son ressenti en fonction de sa déclinaison idéologique sans « en comprendre grand chose », que de choses abjectes... en attendant les initiés pour sauvetage. Après avoir parcouru quelques interventions, l’idée de rendre public le cadrage philosophico-idéologique qui aura guidé les schèmes cognitifs de notre approche ô combien novatrice dans l’espace public politique Camerounais me taraude l’esprit. Je vais tout aumoins m’en tenir à l’aspect culturel purement sociocentriste pour sortir de ce cancan juridique dans lequel certains veulent-ils nous ensevelir.

DE L’INVENTION D’UN CONTRAT SOCIAL À LA CAMEROUNAISE:Entre prémices de la construction de la socio-genèse de l’Etat Camerounais au carrefour de la 3ème République et la rupture d’avec le classicisme d’antan (paradigme colonial/Ancien).

La problématique de l’autonomisation d’un modèle de contrat social(État ne se limitant guère qu’à sa seule dimension symbolique couramment répandue)répondant aux réalités locales(mœurs africaines) est certainement le prolongement d’une grosse querelle entre chercheurs en Science Politique sur l’avènement de l’Etat en Afrique. Deux grandes thèses s’affrontent ici: la thèse de l’extranéité/exogène l’Etat importé, produit colonial etcétéra) et celle de l’intraneité/endogène (avec ces deux variantes l’antériorité & réappropriaition locale). Ce qui en soi viscie une approche définitionnelle situationnelle ou contextuée de la notion d’Etat africain , répondant de nos valeurs. On s’en passera des approches économiques (Marxistes État comme domination bourgeoise sur prolétaires);Juridique où Etat Wesphalien (Population, territoire,gouvernement/autorité politique établit & personne morale de droit public territoriale et souveraine); Weberienne( État comme entreprise politique à caractère institutionnelle donc la direction administrative revendique avec succès dans l’application des règlements le monopole de la violence physique légitime) davantage conseiller en Sce Pô pour rendre raison et rendre compte de la définition de l’Etat, pour nous en tenir uniquement qu’à l’approche Culturelle non pas uniquement au sens Bourdieusien(domination de l’élite à travers les grandes écoles ENAM , IRIC, EMIA,ENS etcétéra) mais davantage dans sa perspective anthropologique. C’est elle qui sera mise en exergue ici. On aura ainsi mis de côté de ressasser les définitions des termes FÉDÉRALISME,DÉCENTRALISATION,et les réminiscences historiques voire les deux types d’Etats qui existent que sont la forme simple(État unitaire dans ses différentes déclinaisons CENTRALISATION DÉCENTRALISATION ET RÉGIONALISATION avec ses modalités d’aménagement du pouvoir central qui peut-être concentré où déconcentré) et la forme composée(confédération & fédération avec ces principes de participation,superposition,autonomie etcétéra), bref passons, ce qui nous importe de comprendre ici c’est ce qu’il est convenu d’appeler la MARQUE CABRAL: LE FÉDÉRALISME COMMUNAUTAIRE. Une innovation dans l’espace public Camerounais.

Se situant au prolongement de son activité programmatique majestueusement défendu en 2018 lors de la récente élection présidentielle. Si nous avons souvenance l’idéologie qu’il portait était déjà forte révélatrice de ce débat qui enflamme la toile et politise au maximum les citoyens(Un des Objectifs du Mouvement 11 Millions de Citoyens), une victoire de son action politique assurément. À titre de rappel c’était le PROGRESSISME CAMEROUNAIS avec 5 déclinaisons qui seront certainement plus compréhensibles dans le livre programme(Pour un Cameroun qui protège et qui libère les énergies)à paraître dans les jours à venir. C’est cette approche novatrice et courageuse qui fait trembler les habitus , compréhensible non? Oui la peur du changement c’est ça l’unique mobile. N’ayez crainte nous l’a rappelé Cabral Libii, il ne s’agit nullement d’un fédéralisme ethnique ou linguistique comme veut le faire croire les adversaires politiques mal intentionnés qui jusqu’à présent n’ont jamais proposé une modalité d’aménagement territoriale dans un pays où l’on est affublé des revendications partitionistes,des tensions irrésolues dérivant du contentieux historique camerounais. Il s’agit davantage et bien plus de l’aménagement d’une vie commune dans notre diversité/multiplicité de federer l’unité et la diversité avec un statut spécifique reconnu à chaque communauté, communauté au sens de groupe social partageant en commun des caractères et intérêts qui leur sont consubstantiels. C’est ce qu’il est convenu de qualifier de «l’autonomie nationale culturelle » territorialement partagé par des principes et valeurs qui fonderont les normes elles-mêmes en vue de leur codification et encadrement du vivre ensemble commun. L’objectif étant donc principalement d’assurer et de garantir à des espaces géographiques/entités (RÉGIONS) une suffisante autonomie politique dans le but de PRÉSERVER L’INTÉGRITÉ DE L’ÉTAT ET DE LA POLITIQUE QUE CABRAL LIBII PROJETTERA une fois à Etoudi. Le contenant important peu, qu’il s’appelle fédéralisme LAAKAMISTE OU VILLAGISTE OÙ AUTONOMISTE, l’idée étant la méthode communautaire vise notre identité plurielle (notre être, notre richesse)qui ne pouvant aisément s’exprimer que dans le Régionalisme identitaire pour un développement local assure’

En somme Mr Libii Cabral est entrain de créer un contrat social nouveau jamais implémenté ailleurs... accompagnons le dans cette dynamique courageuse qui rompt d’avec ce que nous avons vécu jusqu’ici et qui a fait fuire la jeunesse des canaux conventionnels de la politique.

  • Christian Ndjock Nkongo,un militant de base PCRN
0
0
0
s2sdefault