INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN – POLITIQUE : LA DIASPORA CAMEROUNAISE GRONDE POUR LE DIALOGUE NATIONAL. AFRIK-INFORM

Information
23 septembre 2019

CAMEROUN – POLITIQUE : LA DIASPORA CAMEROUNAISE GRONDE POUR LE DIALOGUE NATIONAL. AFRIK-INFORM

 

Ce samedi 21 septembre, la diaspora camerounaise de l’Allemagne a haussé le ton lors de la visite de la délégation envoyé par le gouvernement à l’ambassade du Cameroun à Berlin. Elle s’oppose catégoriquement à ce dialogue mis en place par le président de la république, si certaines conditions ne sont pas réunies.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, quelques heures après le discours très attendu du président Paul Biya le 10 septembre dernier à l’issue duquel il a convoqué le peuple Camerounais sur la table pour un grand dialogue national, de nombreux Camerounais sont sceptiques quant à la sortie positive dudit dialogue. Les Camerounais dit de la diaspora résistante ont rendu public un discours dans lequel ils ont clairement signifié qu’ils ne prendront pas part à ce dialogue si les leaders politiques anglophones et de l’opposition ne sont pas libérés.

Alors que les consultations ont débuté dans les services du premier ministre Dion Nguté, des délégations ont été constituées afin de se rendre dans les différents pays, pour prendre les contributions de la diaspora à ce dialogue. Celle qui avait la charge de se rendre à l’ambassade du Cameroun en Allemagne, s’est heurtée à une fin de non-recevoir. Les Camerounais de la diaspora Allemande exigent la libération de Sissiku Ayuck Tabe et compagnies, la libération de Maurice Kamto et alliés, la direction de ce dialogue par une personne neutre.

A lire...CAMEROUN – POLITIQUE : LETTRE OUVERTE D\'EMILIEN DÉNIS ATANGANA AUX OPPOSANTS CAMEROUNAIS. AFRIK-INFORM

Cette après-midi, dans le cadre de la deuxième journée de consultation à l’ambassade du Cameroun à Berlin, de nombreux camerounais appartenant à la diaspora dite résistante, ont été interdit d’accès. Ils continuent de s’opposer à la tenue de ce dialogue si ces conditions ne sont pas prises en compte. Ils ont par ailleurs déclaré que dans les prochains jours, ils vont intensifier les boycotts des séjours du président Paul Biya en Europe, ainsi que ceux de ses alliés. Selon eux, il ne pourrait avoir un vrai dialogue national alors que ces leaders politiques sont encore en prison, d’aucuns incarcérés pour leur volonté de partition du pays, et pour d’autres pour avoir exigé du gouvernement, une sortie immédiate de crise.

0
0
0
s2sdefault