INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

MALI – POLITIQUE : LE DIALOGUE NATIONAL VERS UN BOYCOTTE PAR L’OPPOSITION. AFRIK-INFORM

Information
10 octobre 2019

MALI – POLITIQUE : LE DIALOGUE NATIONAL VERS UN BOYCOTTE PAR L’OPPOSITION. AFRIK-INFORM

 

Le gouvernement malien prépare un dialogue national qui se veut inclusif pour les tous prochains jours. Les travaux de préparation de ce grand rendez-vous se poursuivent dans les communes, les régions, et même à l'extérieur du pays. Les partis politiques de l’opposition refusent d'y prendre part et appellent au report du dialogue.

 

Par Abdoulaye Raman

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 C’est un rendez-vous très attendu par le peuple malien pour une sortie de crise qui secoue le pays depuis plusieurs années.  Pourtant il semble être incertain pour une bonne frange de la population ainsi que pour les partis politiques de l’opposition qui en sont les portes étendards. Pour certains, il s’agit d’un dialogue qui réunira tous les fils et filles du pays pour un retour à l’apaisement des cœurs et concrétiser la pose des jalons d’une nation prospère. Par contre, d’autres estiment que c’est une farce qu’organise le gouvernement afin de faire croire au peuple et au monde qu’il s’agit d’un dialogue crédible, qui ne saurait faire l’objet des contestations ou de critiques. Le gouvernement affirme qu’aucun sujet ne sera tabou au cours du « dialogue national inclusif ». La gouvernance, la sécurité, le projet de révision de la constitution ou encore l’accord de pays d’Alger sont l’ensemble des point inscrits pour les échanges.

A lire...CAMEROUN – DIALOGUE NATIONAL : L’ANCIEN SOUS-SECRETAIRE D’ETAT AMERICAIN D’HERMAN COHEN REAGIT. AFRIK-INFORM

« Il ne s’agit pas d’un dialogue, c’est tout sauf un dialogue, ils ont bel et bien précisé qu’il s’agissait tout simplement d’un forum d’évaluation et de proposition », a indiqué maître Demba Traoré, ancien ministre et membre de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), principal parti de l’opposition malienne. « Je pense que le Mali a dépassé ceci, se donner les loisirs de continuer d’aller à des forums d’évaluations et de propositions, c’est contre-productif. C’est pour cette raison que nous avons décidé de ne pas participer. » A-t-il rajouté.

Il est important de rappeler que, certains partis politiques acceptent de participer au dialogue national, sous-réserve de conditions. C’est  l’exemple de l’URD qui a clairement évoqué des préalables qui s’étendent sur deux volets. L’un parlant de la mise en place du comité de parité, opposition/ majorité/société civile et l’autre de l’adoption de résolutions, exécutoires, qui s’imposeront à tout le monde. Toutefois selon eux, pour qu’il y ait un réel débat, il faudrait que ce dialogue soit reporté afin que toutes les forces vives du pays puissent s’identifier à cette main tendue du gouvernement qui exprime la volonté à vouloir améliorer les choses, mais en garantissant la transparence comme le désire le peuple.

0
0
0
s2sdefault