BURKINA- COTE D’IVOIRE: LE BURKINA-FASO NE RELANCERA PAS LE MANDAT CONTRE GUILLAUME SORO

 

Le Burkina-Faso a décidé de ne pas lancer un nouveau mandat d'arrêt contre le Président de l'Assemblée Nationale Ivoirienne Guillaume Soro qu'il accuse d'avoir pris une part active à des actions de déstabilisation du régime de Ouagadougou.

Dalvarice Ngoudjou  | Journaliste / Geostratege

contactCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le gouvernement burkinabé  a opté  pour la dénonciation, un acte qui consiste à exposer les faits aux autorités judiciaires ivoiriennes et demander que celles-ci engagent des procédures contre Soro. Cette information a été donnée par Alioune Zanré, le nouveau commissaire du gouvernement près le tribunal militaire du Burkina-Faso. 

Le lundi 6 juin, la justice militaire du Faso est revenue sur le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro, le président du parlement ivoirien.  La justice burkinabè lui reproche une implication dans le putsch de septembre dernier. Le mandat d’arrêt lancé contre lui en Janvier dernier a été annulé il y a quelques semaines par la Cour de Cassation pour vice de procédure… 

Dans la foulée, la justice militaire a donné un éclairage sur les dossiers et jugements en cours dans sa juridiction. Il s’agit notamment de l’affaire du putsch de septembre 2015 et de l’affaire Thomas Sankara qui pourront être jugées cette année.

A priori, les procès du putsch de septembre dernier et celui concernant l’assassinat de Thomas Sankara en octobre 1987 auront lieu avant la fin de cette année si les appels devant la Cour de Cassation ne ralentissent pas les procédures, pour des jugements qui sont très attendus car visant principalement l'entourage de l'ancien président Blaise Compaore.