INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN – ÉLECTIONS 2020 : PUBLICATION DES LISTES SOUS FOND DE TENSIONS. AFRIK-INFORM

 

L’attente fut longue, très longue ! Prévue pour 14 heures ce lundi 9 décembre, c’est finalement à 20 heures que la délégation du conseil électoral, avec en tête, son président, s’est présentée devant les médias et les hommes politiques, afin de rendre public les listes retenues. Un processus qui a laissé un goût amer chez beaucoup, avec de nombreux manquements qui ont conduit à une hausse de ton.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

On est désormais fixé sur les listes retenues pour le double scrutin de février 2020. Sur un total de 489 listes, 451 ont été retenues par le conseil électoral d’Elections Cameroon pour les législatives, et, 592 déposés pour 549 retenues pour les municipales. Le rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), a comme d’habitude fait asseoir sa suprématie sur l’opposition. A la lecture de ces différentes listes par le président Enow Abrams Egbe, on avait presque le sentiment d’être encore à l’ère du parti unique. Dans de nombreuses localités, l’opposition camerounaise est absente.

Pour le cas des législatives, le nombre de sièges brigués par l’opposition sur les 451 listes retenues, sont répartis comme suit : UNDP = 63 sièges, SDF = 51 sièges, PCRN = 35 sièges, PADDEC = 18 sièges, FSNC = 12 sièges, UDC = 11 sièges, UNIVERS = 4,  PURS =  3 sièges, MPCN = 3 sièges, UMS = 1 siège. Ce qui fait un total de 201 sièges, contre 250 pour le RDPC. Des chiffres qui démontrent que le parti au pouvoir et à la majorité parlementaire, a bien l’intention de ne rien laisser sur son passage. Plus de la moitié des listes validées par le conseil électoral sont RDPC.

A lire...CAMEROUN - PRESIDENTIELLE 2018 : LA LEÇON DU RDPC A L\'OPPOSITION CAMEROUNAISE. AFRIK-INFORM

Pour les municipales, une fois de plus, seul le RDPC est présent dans toutes les communes. Dans de nombreuses localités, il y est pratiquement sans concurrent, à croire que le porteur de liste peut même déjà fêter la victoire sans être allé aux élections. Le SDF qui jusqu’ici faisait un contre poids pour le RDPC, a presque jeté l’éponge. On le retrouve en majorité dans les grandes villes du pays, ou le RDPC a généralement une domination absolue.

La séance de lecture s’est achevée à 23 heures précises. La première lecture entamée par le président Enow Abrams Egbe a connu des contestations séance tenante par les membres des partis politiques qui attendaient cet évènement depuis 11 heures. Il a dû recommencer la lecture, en corrigeant les erreurs décriées par ceux-ci. Parmi ces erreurs, on a l’exemple des municipales dans la localité de BOKITO, où le président du conseil électoral avait dans sa première lecture, annoncé uniquement le RDPC, avant de corriger plus tard pour ajouter également le PURS.

Les listes rejetées font également parler. Dans le littoral plus précisément à Wouri Est, la liste du PCRN a été rejetée pour non-paiement des cautions des candidats, alors que les militants de ce parti politique affirment avoir déposé des dossiers complets avec caution payée. L’UPC quand à lui a vu toutes ses listes rejetées pour bicéphalisme. Le parti historique qui paie les querelles de leadership qui y ont fait leur lit. Jean Robert Waffo, militant du SDF et Me Ntimbane BOMO affirment que « ELECAM a acté la nullité du processus électoral » en publiant la liste des partis politiques en lieu et place de celle des candidats retenus pour le double scrutin comme le prévoit l’article 187 du code électoral.

La prochaine étape sera donc le contentieux préélectoral, ou les candidats iront réclamer justice sur leurs différents cas jugés irrecevables par le conseil national des élections.

0
0
0
s2sdefault