INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

MALI – DIALOGUE NATIONAL : L’OPPOSITION REFUSE DE DIALOGUER AVEC IBRAHIM BOUBACAR KEITA. AFRIK-INFORM

 

Le président Malien a tendu la main  ce samedi lors de  la cérémonie de l’ouverture des travaux du Dialogue National Inclusif,  à la société civile, à l’opposition et aux groupes armés signataires de l’accord de paix pour tenter de dégager des réponses autres que militaires à la crise qui secoue le pays depuis plusieurs années. Malheusement pour lui,  l’opposition avec son  chef Soumaila Cissé n’ira pas à ce dialogue.

Par Richard Tessoh (stagiaire)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce samedi, vêtu de son boubou blanc, devant un parterre de 3000 personnes à Bamako, la capitale d’un Mali meurtri par les violences depuis 2012,  le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita, a présidé la cérémonie d’ouverture d’un dialogue national inclusif   qui doit  se tenir pendant une semaine. Dans un pays en proie à une crise sécuritaire  depuis pratiquement  7 ans, ce dialogue a pour objectif de réunir tous les fils, filles, acteurs politiques et de la société civile, et bien d’autres couches sociales  maliennes  afin de trouver une solution devant aider le pays à sortir de ce traumatisme.

A lire...MALI – POLITIQUE : LE DIALOGUE NATIONAL VERS UN BOYCOTTE PAR L’OPPOSITION. AFRIK-INFORM

Cependant, une grande partie de l’opposition dit niet à la participation à ce conclave. Selon elle, les conditions réunies ne sont pas fiables pour sa tenue. Le leader de l’opposition Soumaila Cissé explique que pour la réussite de ce Dialogue, « aucun sujet ne doit être tabou », tout doit pouvoir être débattu.   Il va plus loin affirmant que  « ce dialogue est une mise en scène ».  La qualité des médiateurs devant faciliter ce Dialogue National inclusif est également au centre des débats. En effet, des reproches fusent à l’endroit de l’Etat d’avoir choisi comme interlocuteurs des personnes qui n’ont pas une maitrise parfaite connaissance des problèmes qui plonge le Mali dans sa situation actuelle.

Au vu de ce boycott de l’opposition,  ce dialogue  pourra t-il sortir définitivement le Mali  de cette crise ? C’est la principale interrogation de fond que se posent les nombreux observateurs sur le plan local et à l’international. Ce rassemblement dont la crédibilité est déjà fragilisée se tiendra jusqu’au 22 décembre.             

0
0
0
s2sdefault