GABON, L'ÉLIGIBILITÉ D' ALI BONGO RECONNUE PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE

 En réponse, à la plainte de certains poids lourds de l’opposition sur l’authenticité de l’acte de naissance du président sortant Ali Bongo, l’institution suprême gabonaise a déclaré « irrecevables » les recours.

Dalvarice Ngoudjou Journaliste / Geostratege 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La cour constitutionnelle explique que l’acte de naissance mis en cause n’a pas été joint au dossier de candidature d’Ali Bongo. Elle ajoute que même si la copie de l'acte de naissance était jointe au dossier, elle est incompétente pour se prononcer sur l'authenticité d'un acte de naissance. "Il y a des juridictions compétentes pour cela".

En effet, les opposants dont Jean Ping l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, Guy Nzouba Ndama, l’ancien Président de l’Assemblée nationale et Pierre-Claver Maganga Moussavou, ancien ministre de Bongo avaient saisi la Cour constitutionnelle pour invalider la candidature du Président Ali Bongo qu’ils estiment  inéligible. A moins d’un mois de la présidentielle, le Gabon vit une agitation politique sur les origines du Président Bongo qui est présenté comme un Biafrais du Nigéria adopté par l’ex-Président Omar Bongo Ondimba.

Beaucoup craignent un envenimement de la situation et une grave crise post électorale. L'article 10 de la Constitution interdisant aux Gabonais ayant acquis la nationalité de briguer le fauteuil présidentiel. Ali Bongo, a affirmé que ce débat est une insulte contre ses parents notamment son père, l'ancien président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin 2009 et qui a beaucoup œuvré la carrière de ceux qui s’opposent aujourd’hui à lui.

Affaire a suivre...