GABON : PRÉSIDENTIELLE 2016 – LA VOIE DU RECOMPTAGE DES VOIX ADOPTÉE PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

 

Alors que les deux candidats PING et BONGO étaient finalement tombés d’accord sur le principe du recomptage des voix mais pas sur ses modalités, la Cour Constitutionnelle a décidé elle-même de recompter les voix sans la présence des représentants de l’un ou l’autre candidat. Le suspense est plus que jamais relancé quant à l'issue de ce scrutin dont les résultats seront proclamés d'ici ce Vendredi.

 Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C’est un peu par surprise que l’annonce du recomptage des voix par la Cour Constitutionnelle est parvenue aux oreilles des candidats à l’élection présidentielle gabonaise du mois dernier, et déjà, cette annonce suscite des passions surtout du côté des partisans de Jean Ping qui contestent la victoire de son adversaire Ali Bongo annoncée par la Commission Électorale Nationale et Permanente  CENAP et par le Ministère de l’Intérieur.

La pomme de discorde d’après les pro Ping, les procès-verbaux de la province du Haut Ougoué, province d’origine du président Bongo qui révèlent un score de 95% des voix pour lui avec un taux de participation frisant les 100%, et d’après les supporters du président sortant, la Cour Constitutionnelle devra aussi faire la lumière sur « PV de différentes régions, notamment de l' Esturaire, sur des irrégularités présumées du camp de Jean Ping ». L’opposition a d’ailleurs réussi à faire transmettre à la Cour les 174 PV du Haut Ougoué que selon elle, démontrent la victoire de Jean Ping.

Ainsi depuis hier, et d’après RFI,  « les 9 juges constitutionnels et plusieurs juges assistants passent en revue les PV des quelque 2 800 bureaux de vote du pays. L'opération se fait finalement sous le regard d'observateurs étrangers. Une délégation de 5 juristes de l'Union africaine (U.A) participe aussi au recomptage. Ils viennent du Tchad, du Niger, du Cap-Vert et du Togo et sont supervisés par un envoyé spécial de la présidence de la commission de l'UA. Trois sont arrivés ce mercredi matin. Les deux autres sont attendus dans la soirée. Le recomptage se fait donc sans représentants des candidats, alors que l'opposition avait demandé la création d'une commission paritaire pour suivre la procédure ».

On s’achemine donc vers un scénario qui pourrait tourner la victoire de Bongo en défaite si la Cour confirme les allégations de l’opposition. Le juge rapporteur doit en effet présenter ce jeudi après-midi son rapport final en audience publique. Les 9 juges se retireront ensuite pour des délibération avant de rendre leur verdict final d'ici vendredi. Suspense !