BÉNIN - SÉCURITÉ : DES LIMOGEAGES EN SERIE ANNONCÉS A LA TÊTE DE LA GENDARMERIE ET POLICE.

 

Le président Patrice Talon est en véritable mission de redressement de son pays. Aucun secteur n'est épargné, même les plus sensibles comme ceux de la sécurité.

Par Eric Vareni

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des exactions commises par de haut responsables des forces de sécurité béninoises ou tout simplement leur inaction ont fini par agacer le président Talon qui selon toute vraissembance fera couper des têtes à dans le commandement de la police ou la gendarmerie.

La hiérarchie policière et celle de la gendarmerie du Bénin devront se faire un peu de souci car les nouvelles qui parviennent à la rédaction de afrik-inform ne sont pas du tout bonnes. Un mauvais vent arrive et fera éjecter certains responsables de l'administration des forces de police ou de gendarmerie de leurs fauteuils.

Notre correspondant au Bénin nous renseigne que, l'inefficacité face aux braquages à répétition à Cotonou et ses environs serait à l'origine de ce mouvement d'humeur que beaucoup qualifieraient de "fin de la récréation". L’information se précise au grand inconfort des actuels promus à la tête de la police et de la gendarmerie. Ainsi, la recrudescence des cas de braquages dans la ville de Cotonou dérange sérieusement le chef de l’Etat, Patrice Talon.

Le bruit court et selon une autre source cette fois très proche de la présidence, ce phénomène perturbe tellement que le président Talon, détenteur de l’autorité est plus que jamais décidé à procéder à un profond réaménagement dans ces deux corps de forces de sécurité. L’objectif visé ici serait d’avoir une équipe avertie et véritablement décidée à faire face aux hors la loi qui semblent avoir pris le dessus dans les villes béninoises.

En effet, l’actuel Directeur Général de la Police nationale, Moukaïla Idrissou a été nommé dans ses nouvelles fonctions alors qu’il était en mission hors du territoire. Cependant, il se murmure dans l'opinion qu'il n'est pas l'homme de la situation, ayant passé plus de temps à l’extérieur qu'au Bénin, ce qui fait qu’il n’a pas pas de véritable connaissance et astuces pour troubler le sommeil des hors la loi. Mauvaises langues ou critiques fondées, ce qui est sûr est que l’autorité supérieure s'est définitivement fait son idée et a tranché. La gendarmerie aussi n’est pas épargnée. Selon la même source, la réorganisation de la gendarmerie est aussi en étude.