CAMEROUN – DÉCENTRALISATION : DES MAIRES A L’ÉCOLE DES PROCÉDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS

 La décentralisation est en marche, mais les élus camerounais avouent ne pas être prêts pour toutes ses implications. L’une d’elle reste la procédure de passation des marchés publics auxquels ils seront confrontés. Pour y remédier, un programme a été mis sur pied et les maires et élus locaux se mettent à l’école.

Par Rodrigue TCHOKOUAHA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La cérémonie de lancement officiel de l’imprégnation des élus locaux vient d’avoir lieu à Douala en présence du Secrétaire Général de la Région du Littoral qui représentait le gouverneur empêché. La formation des maires et de leurs adjoints rentre dans le cadre du Programme National de Développement participatif (PNDP), qui met ainsi en œuvre le processus de décentralisation tant prôné par le gouvernement de la République.

La session dénommée « Atelier régional de formation sur le manuel de procédures de passation des marchés » avait comme participants les maires et leurs adjoints en premier, mais aussi les délégués régionaux et départementaux du ministère des marchés publics (MINMAP), de même que les experts du ministère de l’économie, du plan et de l’aménagement du territoire (MINEPAT), accompagnateurs dans le processus de décentralisation. C’est le début d’une série qui devra s’étendre dans toutes les autres régions du pays. Les participants ont ainsi pour mission de s’approprier les rudiments du « Guide de passation des marchés publics » que le gouvernement camerounais avec l’appui de la Banque Mondiale a confectionné et mis à la disposition des élus locaux, afin de les préparer à mieux mettre en œuvre la décentralisation sous le prisme des marchés publics qui sont constitués de trois(3) catégories : les marchés de travaux, les marchés de fournitures, et les prestations intellectuelles.

Pour mémoire, le processus de décentralisation est enclenché par le gouvernement camerounais depuis 2004 avec la loi d’orientation et les textes d’application qui s’en sont suivi. Le principe d’ « Etat unitaire décentralisé » est d’ailleurs consacré dans la Constitution camerounaise. Mais alors, on a toujours accusé ce même gouvernement de ne pas vouloir que la décentralisation aille de la lettre au fait ; on a accusé ce gouvernement de ne pas vouloir transférer les ressources et les compétences aux collectivités territoriales décentralisées que sont les communes et les régions. On a aussi accusé les maires et leurs adjoints de ne pas être outillés et de ne pas s’approprier le processus tel que le veut la constitution, pour le bien des populations urbaines et rurales. Avec ces programmes du PNDP, c’est désormais chose faite et les maires pourront ainsi impulser le développement participatif dans leurs différentes localités.

D’après un expert formateur, ce qui va changer, c’est que les procédures seront simplifiées. Ainsi, pour les marchés de travaux dont le montant est inférieur ou égal à 100 millions de FCFA la plupart des décaissements se fera sans problème, tandis que les marchés au-delà de ce montant doivent être soumis aux dispositions du code des marchés. Quant aux participants, dont faisait partie El Adj Oumarou, homme politique bien connu au Cameroun et que nous avons approché, ils ont fait part de leur satisfaction face aux réductions de coûts et délais de chaque procédure de passation de marché.