GHANA - POLEMIQUE : LE PRESIDENT JOHN DRAMANI MAHAMA APERÇU EN TRAIN DE JETER DE L’ARGENT A SA POPULATION

  C’est la grosse polémique qui secoue actuellement le paysage politique du Ghana, pays brillant pourtant pour son exemplarité en matière de gestion des deniers publics. La vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montrant le président Dramani Mahama distribuant des billets de banque à tour de bras à des populations a choqué. Et ses explications ne semblent pas convaincre.

Par Eric Vareni

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il y'a quelques jours, une vidéo amateur montrant le président du Ghana distribuant des billets de banque aux passants a fait son apparition sur internet. Les critiques ont tout de suite commencé à pleuvoir. Approchés par notre rédaction, ses proches ont niés les faits, mais avec la pression des médias et hommes politiques de l'opposition, le président John D. Mahama a été obligé de confirmer l’histoire tout en donnant sa version des faits. Lors d’une interview accordée au Daily Post News en fin de semaine dernière, le président a confirmé qu’il avait bien distribué de l’argent, mais pour la bonne cause. Selon ses dires à nos confrères du Daily Post, John Dramani Mahama « de passage en ville aurait aperçu une petite fille qui vendait des œufs en larmes sur le trottoir après que la foule ait renversé son plateau. Il aurait alors ordonné à son convoi de s’arrêter et tendu un billet de 50 cedis (environ 7000 Fcfa) à la personne qu’il pensait être la mère de la fillette. Mais rapidement, la petite fille a continué de pleurer en indiquant que cette dame n’était pas sa mère, et le président a alors tendu un billet à une autre personne ».

Si cette explication fait polémique, le président John Dramani Mahama peut néanmoins compter sur plusieurs témoignages qui affirment qu’il s’est senti obligé de dédommager quelques vendeurs après que la foule ait détruit leurs marchandises lors de la cohue causée par son arrêt. Mais pour beaucoup, cette explication ne convainc pas. Pour eux, c'est la campagne présidentielle qui de façon officieuse à déjà pris corps. A en croire notre correspondant au Ghana ce geste n'est pas isolé puisqu'il ne se passe plus de jours sans que le président sortant (qui subit actuellement de très fortes critiques de la part de l'opposition) ne mène des actions dans ce sens, façon pour lui certainement de redorer son blason...en attendant le 7 novembre 2016, date de la prochaine élection présidentielle. Ceci expliquerait donc cela.