GAMBIE- USA : BANJUL ET WASHINGTON SE DECHIRENT DANS UNE GUERRE DES VISAS .

 Fatigués d’attendre que le gouvernement gambien leur fournisse des documents devant finaliser l’expulsion de plusieurs gambiens de leur territoire, les Etats Unis ont décidé de suspendre l’attribution de visas d’entrée à toute l’administration gambienne. 

Dalvarice Ngoudjou

Journaliste / Géostratège

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« Depuis le 3 Octobre, 2016, l’ambassade des États-Unis à Banjul, a interrompu la délivrance de visas aux fonctionnaires du gouvernement gambien, et à d’autres associés avec le gouvernement, et leurs familles », lit-on dans le communiqué de l’ambassade des U.S.A en Gambie.

Ce qui peut ressembler à une mauvaise blague débuta pourtant avec une histoire de documents de voyage que le gouvernement de Yaya Jammeh refuse de délivrer depuis quelques temps à des Gambiens en instance d’expulsion aux Etats-Unis. Un refus de Banjul qui a bloqué le processus de rapatriement de ces indésirables gambiens et a fini par fâcher le pays d’OBAMA, aboutissant à des mesures de rétorsion contre Yaya Jammeh et son administration, via son ambassade à Banjul. Depuis lundi 03 octobre, l’ambassade a donc décidé de ne plus accorder de visas aux fonctionnaires du gouvernent gambien, jusqu’à ce que Banjul délivre les documents de voyages nécessaires pour le rapatriement de ses citoyens.

La suite du communiqué signé et publié par Jimmy Clarke, officier des affaires publiques par intérim, explique: « Il y a un certain nombre de Gambiens aux Etats-Unis qui sont sous ordres d’expulsion finale. Certains d’entre eux sont en détention. Ces citoyens gambiens ont tous eu un accès complet au système juridique des Etats-Unis, mais ont épuisé tous les recours juridiques possibles. Nous voulons les rendre à leurs familles en Gambie, mais le gouvernement gambien doit fournir un passeport ou d’autres documents de voyage afin que nous puissions le faire. Jusqu’à ce que les documents de voyage soient délivrés pour les Gambiens en instance d’expulsion des Etats-Unis, nous sommes incapables de délivrer des visas pour les fonctionnaires du gouvernement gambiens… ». 

Les  USA qui n’avaient plus pris telle mesure depuis quinze ans, lors d’un contentieux avec la Guyane en 2002, entendent maintenir la pression et envisagent de durcir la mesure si jamais le problème n’est pas résolu. Ils estiment d’ailleurs avoir exploré tous les recours diplomatiques avec la Gambie, recours n’ayant pas abouti positivement. Jusque là, réaction de l’homme fort de Banjul, le président Yayah Jammeh reste attendue.