CAMEROUN - ELIMBY LOBE N'EST PAS À LA RECHERCHE D'UN PARTI D'HÉBERGEMENT ET PARDONNE À NGOUALEM.

Il ya quelques jours, au cours d'une émission télévisée, 7hebdo en occurence , le très bouillonnant Elimbi Lobe annonçait sa démission du SDF, Principal parti d'opposition au Cameroun. Toujours sur une chaîne de télévision Canal 2 cette fois, au cours de l'émission l'Arène, le débat était très tendue entre lui et Ngoualem adjoint au maire de Douala 5eme. La tension s'est poursuivie en dehors du plateau et Elimby Lobe s'est retrouvé saignant du nez après avoir reçu de violents coups de poings de son challenger.  

Rencontré par la rédaction d'Afrik-Inform.com et au sujet des escuses de M. Ngoualem, Elimby Lobe indique que Ngoualem est un humain. s'il a demandé des excuses pour une faute qu'il aurait commise, qu'il soit rassuré, il est pardonné car poursuit-il, il obéit autant faire ce peut aux ordres de Dieu qui nous ordonne de pardonner à ceux qui nous offensent.

Au sujet de l'accusation sur 14millions qu' il aurait reçu de la part d'un haut cadre et militants du RDPC parti au pouvoir au Cameroun, et qui s'est poursuivi sur les réseaux sociaux, ELIMBI LOBE reste très tétanisé.

Hier  dit il, <des gens qui nous disaient être des journalistes d'investigations, ont publié des listes des personnalités du Cameroun qui seraient homosexuelles. >Ceux ci poursuit-il avaient la malchance d'être à portée de la justice camerounaise, la suite vous la connaissez. Aujourd'hui aucun journaliste camerounais clairement identifié n'ose plus publier une liste des personnalités camerounaises homosexuelles. Ainsi martele Elimby Lobe : < Qu'un individu agissant sous une fausse identité et agissant publiquement avec sa fausse identité, choisissant d'opérer hors de portée de la justice camerounaise, agissant sur facebook, un support à la personnalité juridique insaisissable au niveau du Cameroun, décide de gagner son argent par le cyber terrorisme dont il se donne la liberté d'être un acteur, devrait nous déterminer à percevoir le danger auquel s'expose chacun de nos concitoyens.> Pour Elimby des intrigants politiques tapis ici et voulant nuire à sa réputation paient un bandit domicilié à l'étranger pour diffuser des allégations mises à sa disposition par ces adversaires qui sont incapables ici de les diffuser eux-mêmes car ne pouvant rien prouver ou risquant de se compromettre eux-mêmes en voulant le salir.  Il n'y a donc rien de nouveau sous le soleil camerounais. Conclue l'Ex militant du SDF. Par ailleurs, il fait remarquer qu'aucun média national ne prette main forte  à ce bandit (Boris Berthol) à qui personne ne demande la moindre preuve de ses allégations, tout le monde tombe dans le jeu des intrigants politiques qui mettent toute la république en ébullition pour des sauvageries. Heureusement se félicite t'il  le parcours de Paul Biya  montre que les intrigues ne détruisent pas un Homme politique.
 
Sur la question liée au tribalisme, le très médiatique ELIMBY estime que  Ceux qui le traitent de tribalistes expriment simplement leur opinions sans dire l'acte ou les actes tribalistes qui l'imputtent. Ou alors l'identité de ceux là.< Connaissez-vous des Sawa qui me traitent ainsi? Connaissez-vous des béti qui me traitent ainsi? Connaissez-vous des nordistes qui me traitent ainsi? Les ressortissants de l'Est me traitent ainsi? Qui sont ces gens qui pensent que les enfants des terroirs ne sont susceptibles de mérite?> tels sont les questionnements qu' il soulève pour sa défense. Pour lui, il ny a pas de raison de s'offusquer qu'il  en  appelle à la réservation de certaines espaces politiques aux enfants des terroirs. Certains camerounais  œuvrent au  quotidien pour la désintégration du Cameroun. S'indigne t-il. La constitution, rappel ELIMBY Lobe réserve la fonction de président du conseil régional à un autochtone, en quoi cela veut-il dire que le président de conseil régional ne serait pas un méritant? S'interroge t-il .  Il poursuit en ces mots ''Le peuple m'attend du côté de la défense de ses intérêts et l'un de ses intérêts est que chacun des ses enfants dispose d'une égal possibilité de compter dans les affaires publiques qui ne réduisent pas aux simples volontés des plus nombreux. C'est parce-que les plus nombreux ont voulu mener les affaires publiques du Rwanda à leur seule convenance qu'il y a eu guerre civile et au final ce ne sont pas les plus nombreux qui l'ont emportée. Conclut ELIMBY LOBE.
Carlos THIE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.