GAMBIE-CPI : BARROW N’EXCLUT PAS DE REINTERGRER LA CPI ET D’Y EXPEDIER YAHYA JAMMEH

Samedi dernier, le nouvel homme fort de Banjul a donné une interview qui a sonné comme un coup de tonnerre pour beaucoup d’observateurs de la scène politique africaine.  En effet, lors de cette interview que le nouveau président gambien a donnée à son domicile, il a soutenu qu'il respectera sa promesse de campagne en organisant au bout de trois ans une nouvelle présidentielle à laquelle il ne participera pas.

Dalvarice Ngoudjou - Journaliste / Geostratege

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Concernant l’avenir du président sortant, ADAMA BARROW dit : « : " Je n'ai jamais dit que Jammeh ne serait pas traduit devant la CPI... La Gambie va réintégrer la Cour et toutes les grandes instances internationales..."a-t-il répété à plusieurs reprises.
Ainsi l’ancien président gambien Yahya Jammeh pourrait bien faire un tour devant la Cour Pénale Internationale. Une cour qui a d’ailleurs pour procureur, sa compatriote, la gambienne Fatou Bensouda.  Le 25 Octobre dernier,Yahya Jammeh et le gouvernement gambien avaient annoncé,le retrait du pays de la Cour pénale internationale (CPI), accusant la juridiction de passer sous silence les « crimes de guerre » des pays occidentaux pour ne poursuivre que les africains. Pour clore son interview, le nouveau président dit ceci :“Je ne me considère pas comme un politicien. Je pense que Dieu m’a investi pour sauver la Gambie et initier un changement. Après ce changement, les politiciens prendront la relève. Mon parti continuera, mais je ne serai pas de la partie. Je suis businessman, je continuerai mes affaires”. 

L’avenir en Gambie risque d’être tumultueux durant les 3 prochaines années.