Que valent de nos jours les hommes politiques ?

 

Ce que devient la politique et ses hommes dans la globalisation actuelle où les contres valeurs sont synonymes de promotion sociale.« L’opinion en droit, a toujours tort », disait le Philosophe des sciences Gaston Bachelard. Pourtant en politique, c’est en toute légitimité que l’on peut prétendre le contraire.

Par Patrick Clement Oyieh Journaliste 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, l’accès au pouvoir permet de tirer un profit personnel de cette position, de détourner s’agissant des élus, le pouvoir reçu. « Tout l’éventail de la criminalité politique et financière est rendu possible, directement ou indirectement, par l’exercice de fonctions politiques : abus de biens sociaux, trafic d’influence, fraude fiscale, détournement d’argent public, corruption, trafics en tout genre, blanchiment d’argent, etc. »

L'actualité en France concernant l’ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac et celle de l’ancien patron du Fond Monétaire International Dominique Strauss Khan en sont de parfaite illustrations. Que dire de ce qui se passe au Cameroun ! Presque tout un gouvernement est incarcéré pour avoir entretenu des relations incestueuses avec l’argent et le pouvoir.

Inédit ! Pourtant vrai. Et cela se passe au pays de Paul Biya. C’est encore dans le même Cameroun où, lors des investitures des candidats  pour le compte des élections sénatoriales, certains membres du parti au pouvoir et pas les moindre, ont fait acte de candidature en objectant à l’opinion publique une interprétation fallacieuse de la loi. Allez savoir pourquoi !

Malheureusement pour eux et heureusement pour la démocratie qui a pour principe l’égalité de chance pour tous, leurs demandes ou plutôt leurs exigences n’ont pas été validées par la plus haute instance de leur parti. Alors fondamentalement, l’on est en droit de se demander où est la passion pour les choix du « vivre ensemble » ?

A croire que la politique serait « venue à signifier démagogie, combine, manœuvre, recherche cynique du pouvoir par tous les moyens ».  Et puis au final, que valent de nos jours les hommes politiques ? A cette question, Karl Finke sociologue allemand, nous dit qu’ils valent zéro. Ils sont nuls. Ils ne savent même plus comment on s’y prend pour gérer au mieux les affaires de la cité pour le bien de tous. Leur activité permanente consiste à réfléchir à comment faire quand ils sont en haut de ne jamais se retrouver en bas.