CAMEROUN – REVENDICATIONS ANGLOPHONES : LE GOUVERNEMENT DURCIT LE TON ET ARRËTE DES LEADERS

SCNC (un parti politique sécessionniste) et le CSAC (Consortium de membres de la Société Civile Anglophone) avant de procéder à l’arrestation de certains leaders de la contestation. Ceci fait suite à deux jours de villes mortes.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des deux organisations incriminées, le gouvernement discutait pourtant avec le Consortium, par le biais de ces membres syndicalistes. La négociation se déroulait donc avec les syndicats dont le plus virulent, le CATTU (Cameroon’s Teachers Trade Union) occupait une place importante dans le Consortium. Cependant, ces négociations, pour ce qui est du week-end dernier ont achoppé sur le fait que les « syndicats enseignants anglophones ayant vu la plupart de leurs revendications résolues par le gouvernement, ils ne trouvaient plus d’obstacle à ce que l’école reprenne dans le sous-système anglophone », mais l’école n’a pas repris, des villes mortes ayant été décrétées par le Consortium.

(Re) lire CAMEROUN : CRISE SOCIALE ET IDENTITAIRE DANS LE SUD-OUEST: LE RDPC RASSURE SES MILITANTS

Lors de ces villes mortes, des exactions ont été observées lundi dernier, ce qui a eu pour conséquence le durcissement du ton du gouvernement. Des vidéos ont ainsi circulé sur internet et dans les médias, avec des élèves du sous-système francophone (qui ne font pas de grève) qui se faisaient molester par des manifestants sur le chemin de l’école, des élèves se faisant sortir de leurs établissements par des jeunes armées de machettes et de gourdins, d’autres jeunes barrant des axes routiers (à Ekona notamment) et se transformant en coupeurs de routes qui dépouillaient systématiquement les voyageurs, avant de s’en prendre aussi physiquement à des membres des forces de l’ordre.

(Re) lire CAMEROUN-POLITIQUE : GREVE DES AVOCATS ANGLOPHONES LE CPP SOUTIENT LES MANIFESTANTS ET APPEL A UNE TRANSITION POLITIQUE

L’arrêté du ministre Sadi dont votre magazine panafricain afrik-inform.com en a obtenu copie  stipule en effet que ces deux organisations sont illégales du fait de leur objet en contradiction avec la constitution du Cameroun, et des revendications qui sont un danger pour l’unité nationale…« Les négociations avec les protestataires sont de fait interrompues », voilà ce qui se dégage de l’arrêté du ministre de l’administration territoriale tombé ce Mardi après-midi.

Immédiatement après la lecture de cet arrêté, deux leaders du Consortium ont été interpellés et détenus dans un commissariat. Le Consortium a réagi en décrétant des villes mortes pour une durée d’un mois, en désignant de nouveaux leaders et en déplaçant le siège de ses activités en Europe. Par ailleurs, la nuit aura été longue pour les forces de l’ordre dans cette zone, les protestataires organisant un sit-in devant le commissariat en question, alors que dans plusieurs quartiers des villes des deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des groupes de manifestants se sont mués en vandales, menaçant de mettre le feu aux stations-services, incendiant des locaux administratifs ou saccageant des véhicules appartenant aux officiels. Pour l’heure, la vie reprend peu à peu dans certaines de ces villes, les commerces ouvrent timidement et les taxis sont visibles dans les rues.

Affaire à suivre...

(Re) lire CAMEROUN: FRU NDI ARRIVE A MANIPULER PLUS 10 000 PERSONNES A BUEA .