GAMBIE: LA CEDEAO PROLONGE SA MISSION MILITAIRE DE TROIS MOIS.

La présidence gambienne vient d’annoncer que la mission militaire déployée par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour renforcer la sécurité du régime du nouveau président Adama Barrow en Gambie a été prolongée de trois mois. Une situation qui était prévisible.
Par Habib Hassan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Lancée le 19 janvier, cette opération militaire, formée officiellement de cinq pays membres de cette organisation régionale, avait pour but de forcer au départ le président sortant Yahya Jammeh qui refusait de céder le pouvoir au président élu Adama Barrow après l'élection présidentielle du 1er décembre dernier. La présidence gambienne vient d’annoncer dans un communiqué publié mercredi soir que le mandat des troupes de la CEDEAO en Gambie a "été prolongé de trois mois renouvelable".
 
Pourtant, tout récemment, le général François Ndiaye, commandant sénégalais de cette force de la Cédéao en Gambie annonçait une "réduction progressive" à partir de fin janvier des troupes ouest-africaines, formées de 4.000 hommes au summum de la crise.
 
Dans le même communiqué, l'Agence nationale du renseignement (NIA), accusée par les défenseurs des droits de l’Homme d'avoir commis des exactions et « instillé la peur parmi les citoyens » sous le régime de M. Jammeh, sera également réformée et son appellation va changer. Les missions de la NIA vont désormais se limiter "à rassembler des renseignements et à leur analyse, et à conseiller les services du gouvernement responsables de la sécurité intérieure et extérieure".
 
Accueilli le 15 janvier au Sénégal à la demande de la Cédéao, M. Barrow a prêté serment le 19 janvier à l'ambassade de Gambie à Dakar, peu avant le l'opération militaire ouest-africaine.