MAROC : LE MAROC VEUT DEFINITIVEMENT INTEGRER LA CEDEAO

Ce vendredi a appris Afrik-inform, le Royaume du Maroc a informé Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia et présidente en exercice de la Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de sa volonté d’adhérer à cet ensemble régional en tant que membre à part entière.

Chris pharel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Et çe conformément aux dispositions du Traité fondateur de la CEDEAO, et en satisfaction totale de ses critères d’adhésion, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.  Le communiqué rappelle que le Maroc entretient des liens institutionnels avec la CEDEAO, à travers son statut d’observateur, obtenu depuis plusieurs années. A ce titre, le Maroc a participé à de nombreuses réunions de l’organisation, et a apporté sa contribution à ses activités, notamment dans les domaines liés à la paix et à la stabilité. Cette volonté d’adhérer à la CEDEAO s’inscrit dans la vision royale de l’intégration régionale comme clé de voute du décollage économique de l’Afrique, ajoute le communiqué, en notant qu’elle intervient dans la droite ligne de la politique africaine du souverain, couronnée par l'adhésion du Royaume à l’Union Africaine.

Le royaume chérifien a fait sa demande officielle d'intégration de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest, la CEDEAO. Trouvant en l'Afrique noire, une opportunité de développer de plus en plus son économie, le Maroc affirme ainsi sa volonté à apporter sa plus-value à la structure sous-régionale.

La volonté du Maroc d'intégrer la CEDEAO est nourrie par un certain nombre de visions. Selon le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, cette demande s'inscrit dans « la vision royale de l'intégration régionale comme clé de voûte du décollage économique de l'Afrique ». Le Maroc veut ainsi contribuer de manière encore plus directe, aux activités de la CEDEAO et apporter une contribution dans les domaines de la stabilité, du progrès économique et du développement humain durable.

En tant que membre à part entière, le Maroc pourra aussi avoir accès plus directement à un marché de 320 millions d'habitants pour notamment écouler ses produits, booster son économie et réaffirmer sa montée en puissance sur le continent. La CEDEAO est la meilleure opportunité sous-régionale du Royaume, comme le souligne le communiqué, estimant qu'elle dispose d'un « processus d'intégration des plus ambitieux et plus avancés à l'échelle du continent africain ».

S'il n'est pas encore membre de la CEDEAO, le Maroc n'est pas moins proche des pays de l'Afrique de l'Ouest. La seule dernière tournée du roi en Afrique noire, a permis de signer plusieurs centaines d'accords avec une quinzaine de pays de la région. Mieux, le Royaume avait déjà participé à plusieurs réunions de la CEDEAO en tant qu'observateur et a apporté son aide dans le domaine de la paix et de la stabilité. Il a participé par exemple à l'opération de maintien de la paix en Côte d'Ivoire, à la médiation dans les pays du fleuve Mano, à la résolution de crise en Guinée, et à la lutte contre Ebola.

Sur le plan économique, le Maroc a initié avec les pays de la CEDEAO des projets structurants, comme le Gazoduc Maroc-Nigeria à travers les pays de la sous-région, et comme la promotion d'un espace nord-ouest africain comme espace de stabilité et développement