RDC : L’ÉGLISE OBLIGE JOSEPH KABILA A QUITTER LE POUVOIR ET A NE PAS BRIGUER UN 3EME MANDAT

 

Ce lundi a appris www.afrik-inform. com. les évêques congolais ont  exhorté  le président Joseph Kabila à prendre l’engagement public de ne pas se représenter à la présidentielle du 23 décembre 2018 en République démocratique du Congo pour permettre la tenue d‘élections dans un climat apaisé.

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les évêques congolais ont exhorté le président Kabila “à rassurer l’opinion par une déclaration publique” qu’il ne sera pas candidat à sa “propre succession”, en vue de contribuer à “l’apaisement des tensions” liées à son maintien à la tête du pays au-delà de la fin de son mandat qui a expiré le 20 décembre 2016. Dans ce message intitulé “Allons vite aux élections”, les évêques se disent “profondément déçus” par le contexte de “méfiance généralisée” à la base des violences meurtrières dans le pays.

A lire...RDC : LE PAYS SIÈGERA AU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU MALGRE L’OPPOSITION DES PUISSANCES OCCIDENTALES.

Il est indispensable, sur fond d'une sincère volonté politique, de rassurer le peuple congolais et les partenaires internationaux en donnant des garanties pour la tenue effective des élections.

Ils déplorent également “le fait accompli” dans la publication du calendrier électoral par la commission chargée d’organiser des élections en RDC qui prévoit la présidentielle le 23 décembre 2018. Les évêques ont également invité le gouvernement congolais à publier avant la fin de l’année “le plan de décaissement des fonds” destinés à l’organisation des scrutins, et à prendre des mesures de décrispation en faveur des prisonniers et des exilés politiques.

De leur côté, la coalition politique du Rassemblement de l’opposition et des mouvements citoyens (Lucha, Filimbi…) demandent “une transition sans Kabila” dès le 31 décembre de cette année, invoquant un accord pouvoir-opposition signé le 31 décembre 2016 qui prévoyait des élections fin 2017.

A lire...RDC- LE PRÉSIDENT KABILA SUSPEND TOUTE COOPÉRATION MILITAIRE ENTRE SON PAYS ET LA BELGIQUE

Pour mémoire, au pouvoir depuis 2001, le deuxième et dernier mandat de M. Kabila a pris fin le 20 décembre 2016 selon la Constitution qui empêche le président de briguer un troisième mandat, mais lui permet de rester en poste jusqu‘à l’installation d’un successeur élu.

Les évêques ont également invité le gouvernement congolais à publier avant la fin de l’année le plan de décaissement des fonds destinés à l’organisation des scrutins, et à prendre des mesures de décrispation en faveur des prisonniers et des exilés politiques.