CAMEROUN : AYUK TABE POSE DES CONDITIONS POUR UN DIALOGUE AVEC LE GOUVERNEMENT DE YAOUNDÉ.

0
0
0
s2smodern

Peu avant son interpellation le 5 janvier 2018 à Abuja au Nigéria, le président par intérim de la république virtuelle d'Ambazonie a accordé une interview exclusive à Cameroon-Info.Net. Sisiku Ayuk Tabe souligne qu’il est ouvert au dialogue pour mettre un terme à la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, il avait posé néanmoins des conditions à remplir avant ce dialogue avec le régime. 

Il indique qu’il n’a jamais signé de contrat avec une firme canadienne pour l’exploitation du pétrole dans la péninsule de Bakassi


Après votre déclaration d'indépendance le 1er octobre 2017, quel est la prochaine étape? 

Après la déclaration de notre indépendance le 1er octobre, nous avons mis en place un gouvernement. Il y a des secrétaires d'états pour différents ministères. Nous avons un vice-président, nous avons des ambassadeurs dans les différentes parties du monde et nous allons nous mettre au travail. À l'heure où nous parlons, notre principale priorité est d'amener les nations du monde à nous reconnaître. Et quand cela sera fait, nous rechercherons la reconnaissance de l'Union africaine et éventuellement des Nations Unies, et nous nous occuperons de la mise en place de nos structures et quand nous irons à Buea, ce sera finalement une grande mission. 

Quelle est votre lecture de la situation politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, du Cameroun en général et de l'Afrique? 

Eh bien, c'est regrettable la situation politique dans notre pays. La situation en Afrique n'est pas aussi bonne, sauf que nous avons eu un petit espoir au Zimbabwe ces derniers temps, mais l'Union africaine est silencieuse sur notre situation étant donné l'ampleur des atrocités que le président Biya a infligées à notre peuple. Nous croyons que la situation politique n’aura qu’une issue, la défaite des forces de l’ordre sur notre territoire jusqu'à ses limites légitimes, parce que nous sommes deux nations voisines. 

Monsieur Biya le sait et le monde devrait savoir qu'il n'y a pas d'acte d'union entre ces deux nations. Donc, l'union concoctée de 1961 entre le Cameroun français et l'ancien Cameroun britannique du Sud n'a jamais été matérialisée et nous allons nous assurer que, comme nous avons commencé, ces deux nations ne seront que des nations fraternelles, maintenant les relations entre ces nations dépendront comment nous cimentons la séparation parce que si Monsieur Biya continue avec son attitude impitoyable envers notre peuple, alors à l'avenir, les deux nations pourraient ne pas être si fraternelles. 

Quelle est votre réaction face aux récents actes de violence dans les régions anglophones?

Ma réaction est celle du choc. Je suis consterné par la brutalité de Monsieur Biya sur notre peuple. Nos gens ont été pacifiques, ils continuent d'être pacifiques. Notre mouvement de restauration a été pacifique et nous sommes des gens qui ne sont pas armés. Nous avons le droit et l'autodétermination que nos ancêtres n'ont jamais reçu le certificat de souveraineté pour leur indépendance et surtout, ils n'ont signé aucun acte d'union avec Monsieur Amadou Ahidjo, le prédécesseur de Biya. Sur la base de ces arguments, nous savons que nous avons le droit d’avoir notre propre nation dont nous avons déclaré la restauration le 1er octobre 2017 et sans les actes de violence perpétrés par Monsieur Biya sur notre peuple, notre détermination à former notre nation est ferme et nous allons nous assurer que cela arrive. 

Quelle est la situation des Camerounais de l'État de Cross River au Nigeria et quel projet avez-vous pour eux? 

Les gens qui sont dans l'État de Cross River et dans la plupart des États de l'Est du Nigéria ne sont pas camerounais, ils sont d'anciens camerounais britanniques du Sud, mais maintenant nous les appelons ambazoniens. Cette situation est déplorable car certains d'entre eux ont marché pendant cinq jours dans les buissons avant d'entrer au Nigeria. Bien sûr, la plupart d'entre eux sont des femmes et des petits enfants. 

La question que beaucoup de gens se posent est ce qui est arrivé aux hommes? 

Nous venons d'être informés, soit que certains des hommes viennent d'être tués, soit que certains d'entre eux ont été emportés par les forces de Monsieur Biya ou que certains d'entre eux se cachent dans les buissons. Donc, la situation est mauvaise et en termes de projets, ce que nous avons fait est de lancer une campagne mondiale, une campagne de secours et des conteneurs de matériel de secours; les vêtements, la nourriture, les médicaments que nos frères et sœurs de la diaspora ont donnés et la plupart de ces conteneurs arrivent et nous espérons que les conteneurs arriveront au Nigeria avant Noël. 

Nous travaillons avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pour veiller à ce qu'une forme de logement soit fournie à notre peuple. Dans le gouvernement que je viens d'annoncer, nous avons le ministère de la Santé et des Services sociaux qui le transmet particulièrement, et heureusement, la sous-secrétaire de ce ministère est au Nigéria et elle est sur le terrain et elle est toujours sur le terrain. sur le terrain et apporte beaucoup de soutien aux réfugiés. Nous voulons en profiter pour remercier tous nos frères et soeurs de la diaspora et les sympathisants du monde entier qui sont venus à nos réfugiés pour leur apporter le soulagement dont ils ont tant besoin en ce moment. 

A lire...CAMEROUN – SECESSION : LE BILAN CONTROVERSE DES AFFRONTEMENTS DU 1ER OCTOBRE EN ZONE ANGLOPHONE.

Quels sont vos projets et quels sont les moyens dont vous disposez pour les réaliser? 

Nous avons beaucoup de projets pour toutes les équipes et tous les départements que nous avons créés pour résoudre la crise actuelle. Les sept départements ministériels que nous avons créés sont en train de travailler sur leur mandat et ils ont chacun des projets qui sont censés nous emmener rapidement à Buea et quand nous arrivons à Buea, nous allons élargir notre équipe pour couvrir tous les ministères fonctionnels et l'acte de construire la nation s'en ira sans fin.

Jusqu'à quel niveau êtes-vous préparé avec votre projet de la division du Cameroun? 

Je ne connais pas la nation de Cameroun, ce sont deux nations différentes. La République du Cameroun et l'ex-Cameroun britannique du Sud s'appellent maintenant la République Fédérale d'Ambazonia, ces pays n'en ont jamais été un, ils n'en sont pas un aujourd'hui, ils ne seront plus un demain. Ce sont deux nations différentes et nous espérons garder le même et continuer à construire notre propre nation qui a été dévastée et abandonnée au cours des 56 dernières années. 

Est-ce que les autorités de Yaoundé sont entrées en contact avec vous pour le dialogue? 

Aucune autorité à Yaoundé n'est entrée en contact avec moi ou un membre de mon équipe pour un quelconque dialogue. 

Etes-vous prêt à dialoguer avec le régime de Yaoundé, si oui à quelles conditions? 

Bien sûr, nous sommes ouverts au dialogue, mais les conditions de notre dialogue avec le régime de Yaoundé sont les suivantes: 

1- Mancho Bibixy, Penn Terence et tous nos frères et les sœurs qui ont été arrêtées illégalement et miss dans toutes les prisons à travers la République du Cameroun et nos cellules ambazoniennes doivent être libérées sans condition, 

2- Monsieur Biya doit retirer ses forces de l’ordre de notre zone, l'armée, les gendarmes doivent évacuer nos villes, 

3- Il doit y avoir une amnistie inconditionnelle pour tous ceux qui sont dans la diaspora puisque l'aéroport de Monsieur Biya ressemble au seul aéroport par lequel la plupart de nos gens doivent passer, qui doit leur être ouvert sans aucune hésitation,

4- Le dialogue que nous voulons avoir avec Yaoundé doit avoir lieu dans nos deux pays, la République Fédérale d'Ambazonia et la République du Cameroun. Ce dialogue doit être mené par des organisations internationales, de préférence les Nations Unies, l'Union africaine, le Commonwealth des Nations, l'Union européenne, en présence de la France, du Royaume-Uni et du Nigeria. Ce sont nos conditions pour que nous ayons un sens à chercher la cause profonde du problème. 

A lire...

Une entreprise canadienne prétend avoir signé un contrat avec vous pour exploiter le carburant à Bakassi, à quel point est-ce vrai et si oui, quels sont les termes du contrat? 

Je n'ai jamais, pas moi, aucun membre de mon équipe n'a signé avec une entreprise canadienne ou toute entreprise d'ailleurs, alors c'est une fausse réclamation. Nous n'avons signé aucun contrat avec une entreprise pour l'exploitation de combustibles dans le Bakassi ou ailleurs dans notre région d'ailleurs. 

Quand avez-vous commencé à avoir l'idée de l'indépendance du Cameroun méridional?

La restauration de l'indépendance du Cameroun méridional est quelque chose qui a été mentionné par nos ancêtres dès le départ, c'est pourquoi le vote d'indépendance était de 60 à 40. 40% des gens ont voté contre et vous devez vous rappeler, ils ont été pris entre le rocher et la plaque chauffante le choix qu'ils avaient était de rejoindre la République du Cameroun ou de rejoindre le Nigeria. D'un côté, ils avaient quitté la République du Nigeria en 1954, alors sept ans plus tard, leur demandant de retourner en République fédérale du Nigéria ou de faire quoi que ce soit d'autre, leur donnait le choix d'un octane sans choix. 

Donc, notre peuple a eu le choix de rejoindre la République du Cameroun et pourtant 40% des gens ont voté contre. Pour ma part, je pense qu'au moment où j'ai commencé à lire notre histoire, les problèmes auxquels nos gens étaient confrontés, non seulement les problèmes auxquels ils étaient confrontés, mais aussi le droit que nous avions de prendre une décision sur notre avenir. Ce droit nous a été privé pendant longtemps. 

A lire...CAMEROUN - CRISE ANGLOPHONE : LES LEADERS RADICAUX SÉCESSIONNISTES CUEILLIS A ABUJA AU NIGERIA PAR DES AGENTS CAMEROUNAIS.

Il est devenu évident pour moi que quelqu'un devait faire quelque chose à ce sujet et ma quête pour la restauration de notre indépendance s'est développée et s'est développée au fur et à mesure que j'en apprenais plus sur notre histoire. La réalisation que nos ancêtres pour notre indépendance n'ont jamais reçu le certificat de souveraineté est une insulte pour nous et la connaissance que même l'acte d'union entre nos deux nations n'a pas été signé et pourtant nous avons été traités comme des citoyens et des esclaves de seconde zone. 

Les 56 dernières années ajoutent du sel aux blessures, alors je pense que nous avons le devoir, la responsabilité de faire en sorte que notre nation devienne indépendante, de prendre notre destin en main et c'est exactement ce que nous faisons. 

Comment avez-vous géré et suivi les manifestations du 1er octobre dernier? 


Avant le 1er octobre 2017, j'ai déclaré la restauration de notre indépendance dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Ce fut un moment de grande fierté, ce fut un moment de joie, bien que la joie soit devenue de courte durée parce que nous nous sommes levés le matin et avons commencé à voir les images de nos gens épris de paix sortir de la rue et célébrer la restauration de leur indépendance. Et puis nous avons vu la nature barbare avec laquelle les forces de Monsieur Biya ont réprimé notre peuple et le génocide qui a suivi. Peu importe ce qui s'est passé, c'est un jour de notre histoire que nous n'oublierons jamais, un jour où notre peuple a décidé de se lever comme une personne pour dire que cela suffit et qu'ils prenaient leur destin en main. 

Je suis très fier d'être vivant pour être témoin de cela. Je suis très heureux, je suis humble de faire partie de cette histoire, je suis particulièrement humble d'être le chef de ce grand mouvement de restauration en ce moment. Je pense que nous sommes si chanceux d'être en vie en tant qu'ambazoniens dans les 56 ans d'histoire de notre nation. Quiconque est vivant maintenant et participe à ce mouvement de restauration doit être très fier car beaucoup auraient souhaité être dans notre situation, certains sont partis à la rencontre du Seigneur. 

Et donc ceux d'entre nous qui sont ici maintenant, nous avons une place dans l'histoire mais nous devons à ceux qui doivent venir après nous pour leur dire ce que nous faisions en 2017. Donc particulièrement pour la date du 1er octobre, je pense que ce sont les moments de votre vie où vous dites, où étiez-vous à cette date. Et je me souviens encore très bien où j'étais à cette date. Je verrai quand nous arriverons à Buea pour dire au monde où j'étais le 1er octobre 2017. 

Y a-t-il des partenaires étrangers sur lesquels vous comptez sur ce projet d'Indépendance? 

Dès que nous avons déclaré notre indépendance, toutes les options pour la restauration de une nation, pour la souveraineté et de la reconstruction de la nation est venu sur la table pour nous. Nous avons donc toutes les options disponibles maintenant, nous rencontrerions des partenaires étrangers pour en faire une réalité et je suis presque certain que c'est ce vers quoi nous travaillons et que cela semble très bien. 

Quelles missions confiez-vous au gouvernement que vous venez de créer? 

Comme je l'ai dit, nous avons créé un gouvernement avec sept ministères et ambassadeurs. La première mission pour les ambassadeurs est de demander la reconnaissance par les États membres. Nous avons déployé des ambassadeurs à travers le monde, sur tous les continents et nous allons continuer à déployer plus d'ambassadeurs alors que nous devenons plus amicaux avec plus de nations alors que nous plaçons notre cas vers d'autres nations, nous allons nommer plus d'ambassadeurs et nous espérons que les ambassadeurs vont obtenir notre reconnaissance pour notre nation qui se traduira finalement par la reconnaissance par l'Union africaine, l'Union européenne et les Nations Unies. C'est le projet prioritaire pour le gouvernement.

Source: cameroon-info.net